Des planteurs ont révélé vendredi dernier qu’ils enfouissent sous terre, dans leurs champs, les contenants vides des pesticides et autres produits chimiques et toxiques qu’ils utilisent dans leurs plantations. Est-ce une pratique écologique ? Nous n’avons eu aucune réponse à cette question jusqu’ici.
C’est en réponse à une question du Mauricien lors de sa conférence de presse de vendredi dernier que le président du Small Planters Welfare Fund (SPWF), Kritanand Beeharry, a déclaré qu’en absence de tout autre moyen, les contenants des pesticides, herbicides et autres fongicides que les planteurs utilisent dans la production agricole, sont actuellement lavés trois fois avant d’être enfouis sous terre. « Nous ne pouvons faire autrement car il n’y a aucun autre moyen à notre disposition pour se débarrasser de ces récipients écologiquement », déclare-t-il. Toujours est-il que, ajoute M. Beeharry, « puisque ces produits coûtent très cher, les planteurs ne vont pas en laisser, ne serait-ce qu’une infime petite quantité, dans ces récipients vides, avant de les enfouir. »
Pour lui, c’est un bon moyen de se débarrasser de ces contenants vides. C’est ce qu’estime également un cadre de l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU). « Mieux vaut les enfouir que de les laisser traîner dans les plantations ou dans les terrains vagues », affirme-t-il. Il ajoute : « Si on lave ces récipients convenablement, ils ne représenteront aucun danger pour la santé humaine. »
Mais le Mouvement Autosuffisance Alimentaire (MAA), par la voix de son manager Eric Mangar, n’est pas convaincu de cette démarche. « Ces produits chimiques sont très dangereux. Il faut savoir les manipuler correctement. En plus, nous avons ce gros problème d’usage abusif de ces produits à Maurice. Il n’y a aucun contrôle sur ces produits et beaucoup de planteurs ne respectent pas la période de rémanence », déclare-t-il. C’est pour cette raison que la MAA dit favoriser l’utilisation des produits bio dans l’agriculture. « Nous avons adopté ces produits bio et aussi la méthode agro-écologique qui fait que nous utilisons de moins en moins de pesticides. Ne l’oublions pas, il y a un lien important entre notre santé et notre alimentation. Le nombre de cas de cancer est en train d’augmenter. Cela devrait nous faire réfléchir », fait-t-il ressortir.