Un wheel track couvrant une distance de 4 km et qui aura coûté la somme de Rs 9 M au gouvernement a été inauguré à la fin de la semaine dernière à Plaine-Sophie. Cette route aidera les planteurs de la région à avoir accès à leurs plantations.
Intervenant lors de l’inauguration de cette route, le ministre de l’Agro-industrie et de la sécurité alimentaire, Mahen Seeruttun, a loué la contribution des planteurs au développement du pays. C’est la raison pour laquelle, dit-il, le gouvernement, à travers le budget, accorde une attention spéciale à cette communauté en lui offrant davantage de facilités. « Les planteurs font face à beaucoup de difficultés. De ce fait, le gouvernement les encourage en leur offrant des incitations pour le sheltered farming, des subventions sur le système de vidéosurveillance afin de protéger leurs cultures des voleurs, et des prêts pour les aider à reprendre leurs activités endommagées par les conditions climatiques, la prolifération des insectes et les maladies, entre autres ».
De plus, ajoute Mahen Seeruttun, l’accent est mis sur l’agriculture bio « car elle devrait aider à réduire l’impact du changement climatique, améliorer la fertilité du sol, offrir des produits agricoles de qualité aux consommateurs et préserver l’environnement ». À cet effet, une formation, des fertilisants bio et un soutien financier sont offerts aux planteurs.
Parlant de la construction à Wooton d’un National Auction Market d’une superficie de 12 000 mètres carrés, le ministre a indiqué que celui-ci devrait permettre aux planteurs de mieux vendre leurs produits dans un lieu pourvu d’éclairage et d’espaces de parking, ainsi que de chambres froides pour stocker les invendus.
Pour sa part, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, a estimé que le pays fait face à une grande demande pour des produits de qualité, ce qui présente des opportunités pour les planteurs. Dans le même temps, ajoute-t-il, « les coûts des intrants augmentent et la production n’est pas facile, pas forcément profitable ». « Nous faisons tout pour aider, non seulement les planteurs actuels, mais aussi les jeunes, car il nous faut avoir une nouvelle génération de planteurs qui peuvent utiliser les techniques et les technologies modernes pour cultiver des produits de qualité à un coût peu élevé et profitable, et qui leur permettraient de progresser dans la vie ».
Nando Bodha a, lui aussi, loué la décision du gouvernement de mettre en place un système moderne de vente à l’encan « car il n’est pas possible que les planteurs obtiennent Rs 10 alors pour un légume vendu à Rs 25, par exemple ». « Ce projet est nécessaire pour remplacer un système vieux de 50 ans. Il faut aussi faire de sorte que les légumes puissent arriver sur le marché aussitôt cueillis, le plus tôt possible. Le marché local et touristique est à notre disposition mais il faut savoir produire de la qualité pour répondre à ces besoins », souligne-t-il.