Les premiers constats effectués par l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU) montrent que le passage du cyclone Dumile au large de Maurice a eu peu de conséquences négatives en termes de dégâts sur l’agriculture. Les pluies, qui ont arrosé le pays, ont toutefois été bénéfiques aux plantations.
Des officiers de l’AREU qui ont sillonné le pays hier rapportent qu’il n’y a pas eu de dégâts majeurs aux plantations, hormis les jeunes pousses qui ont été affectées à environ 20 %. L’organisation indique que dans le Nord, environ 5 % des fleurs de pomme d’amour, des légumes filantes et des lalos sont tombées.
Les plants de piment ont été affectés à environ 15 %. Les officiers de l’AREU indiquent avoir constaté des accumulations d’eau dans des plantations à Pont-Bondieu, Melrose, La Laura, Rivière-Baptiste et Nouvelle-Découverte. Dans le Sud, environ trois hectares de plantations ont été inondées à Riambel. Des accumulations d’eau ont été notées sur 2,5 hectares à Rivière-des-Galets, Saint-Avold et Rivière-du-Poste ainsi que sur 1,6 hectare à Grand-Sable et à Bambous-Virieux. Dans le centre ouest, les rivières n’ont pas été submergées et aucune accumulation d’eau n’a été enregistrée. Dans cette même région, la carotte cultivée sur 44.5 hectares sera affectée par environ 10 %.
Selon Tunraz Rampal, secrétaire de la Mauritius Agricultural Marketing Cooperative Federation (MAMCF), il y a eu beaucoup de pluies sur le plateau central durant plusieurs jours, mais les plantations n’ont pas été inondées. « Les vents n’ont pas été aussi forts pour bouger les grandes plantes », estime-t-il. Mais, il dit craindre l’humidité qui, si elle persiste davantage dans les prochains jours, pourrait causer des dégâts importants aux plantations. Du côté de Dagotière, le planteur Amarjeet Beegoo craint, lui, que si les pluies persistent, elles peuvent affecter les plantations de la pomme de terre cultivée sur une cinquantaine d’arpents dans cette région. « Heureusement, que les vents n’étaient pas aussi forts », ajoute-t-il.
Du côté du marché, le prix de la pomme d’amour a quelque peu grimpé alors que celui des autres légumes est stable. Ils pourraient subir une hausse d’environ 20 %, selon certains planteurs et maraîchers, dans les jours à venir. Par contre, on ne trouve que très peu de lalos. Néanmoins, aucune pénurie de légumes frais au marché n’est à prévoir durant les semaines à venir, selon AREU.
L’organisation indique par ailleurs que le secteur des fruits a subi quelques dégâts. Le longane est affecté à 20-25 %, la mangue à 30-60 % et la banane à 75 %.