Le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire Satish Faugoo et le représentant régional de la Food and Agriculture Organisation (FAO) Patrice Talla Takoukam ont signé hier le “Country Programming Framework” pour la période 2014/19 pour Maurice, lequel est axé sur plusieurs domaines, tels l’économie verte, la politique de Maurice Ile Durable (MID) et le plan d’action pour améliorer la croissance économique durable. Ce document définit les priorités dans les domaines où l’expertise technique de cette organisation internationale sera sollicitée par Maurice.
« Nous avons toujours eu des relations privilégiées avec la FAO. Maurice, qui est membre de cette organisation internationale depuis 1968, a ainsi bénéficié amplement de programmes d’assistance technique dans l’implémentation de plusieurs projets dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et des forêts », a déclaré le ministre Faugoo. Et d’affirmer que ces programmes ont renforcé les capacités nationales de son ministère, par exemple dans la gestion de la santé des porcs et la relance de l’industrie porcine en 2009, à la suite de l’épidémie de fièvre qui avait affecté ces animaux. La FAO aide aussi dans l’implémentation d’une étude agricole, dont la dernière date de 1940, par Statistics Mauritius à partir de juillet 2014.
Plus récemment, a indiqué le ministre Faugoo, son ministère a bénéficié d’un programme de coopération technique de la FAO pour la réorganisation et le renforcement des capacités des services agricoles dans le but de moderniser ce secteur. « Nul doute que cette démarche sera bénéfique à la communauté agricole et à la population en général », a-t-il ajouté.
Dans les détails, le “Community Programming Framework” pour les prochaines cinq années aidera à renforcer la gouvernance et les services de soutien aux petits agriculteurs et l’application de meilleures pratiques dans la mécanisation agricole, l’irrigation et la provision des semences. Ce programme vise aussi la promotion de l’agriculture biologique à travers le développement d’un cadre institutionnel, la promotion de l’agriculture durable et aussi en améliorant la capacité du ministère dans la planification et l’implémentation des données, les analyses et la dissémination. La promotion d’une pêche durable est également au programme de la FAO pour Maurice. Le coût total de ce programme est estimé à environ Rs 60 millions.
Pour sa part, le représentant régional de la FAO, Patrice Talla Takoukam, a déclaré que le programme peut être modifié à tout moment durant son implémentation. Il a rappelé que c’est Maurice qui doit diriger cette démarche, car ce sont les priorités de son gouvernement. « La FAO ne fait qu’apporter une assistance technique et un soutien financier », a-t-il ajouté. Selon lui, Maurice peut essayer de trouver des fonds additionnels auprès des autres bailleurs de fonds au niveau international que sont la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement sur la base de ce document en vue de mener à bien ce programme.