Le ministre de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire a fait un plaidoyer en faveur de l’augmentation de la production de lait et de viande dans le pays. C’était la semaine dernière, au Rabindranath Tagore Institute (RTI), à Ilot, lors du lancement officiel du Calf Productivity Incentive Scheme (CPIS), qui est doté d’un budget de Rs 3 M, sous le Food Security Fund. Satish Faugoo a également parlé d’une refonte du Service des Vétérinaires, couplée à la mise en place d’une école de vétérinaires.
« En 2005, le gouvernement avait mis au point un plan pour l’élevage en général. Entre 2005 et les années suivantes la production de lait était de 2,5 millions de litres par an. Actuellement, nous produisons 13 millions de litres par an, soit une hausse de 400%. Cela paraît minime, mais c’est une réalité », a déclaré M. Faugoo. Il a indiqué que la population consomme environ 120 millions de litres de lait par an, mais que le pays ne produisait que 2,2 millions de litres par an en 2005 contre 13 millions de litres actuellement.
Le ministre indique qu’il y a un millier d’éleveurs à Maurice et que le cheptel local comprend quelque 4 500 têtes, dont 1 300 génisses. Il a estimé que les petits éleveurs peuvent agrandir leur cheptel en misant sur la race améliorée. « Au lieu de poursuivre l’élevage traditionnel avec trois vaches laitières, produisant la même quantité de lait, avec une seule vache de race génétiquement améliorée, on peut produire plus de lait. Avec 200 vaches, la production serait plus conséquente », a-t-il affirmé.
Satish Faugoo a énuméré les différents plans de financement destinés aux petits éleveurs, dont l’octroi d’un grant de Rs 30 000 à l’achat d’une vache et un taux d’intérêt de 3 % sur l’emprunt, d’une subvention de Rs 1 500 par tonne de nourriture animale et de terres jusqu’à 25 arpents pour cultiver du fourrage à grande échelle, entre autres. Le Calf Productivity Incentive Scheme, dit-il, vise à décourager les éleveurs à vendre leurs vaches. Le ministre aussi parlé d’un programme de formation destiné aux éleveurs et d’une refonte du service des vétérinaires, couplée à la mise en place d’une école de vétérinaires. Le CPIS est destiné aux éleveurs de vaches et ils sont 350 à y être inscrits. Ils paient Rs 650 de frais d’enregistrement, assurance comprise. Une prime en espèces de Rs 2 500 par veau, allant jusqu’à un maximum de 30 veaux sevrés par année, est versée à l’éleveur éligible sous le CPIS. Un budget de Rs 3 M, dans le cadre du Fonds de la Sécurité alimentaire, est prévu pour le financement de ce programme pour 2013.