Le Field Operations, Regrouping and Irrigation Project (FORIP) Scheme a été étendu au secteur non-sucre par le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, suivant une décision du conseil des ministres. Selon ce plan, les planteurs de légumes, de fleurs et de fruits bénéficieront dorénavant d’une subvention de 80 % sur le coût total de la préparation du sol, jusqu’à un maximum de Rs 40 000 par arpent dans les cas où les opérations de préparation du sol comprennent également l’épierrage. Une somme totale de Rs 10 millions est prévue à cet effet.
C’est après de nombreuses représentations des planteurs du secteur non-sucre que le ministère a décidé d’étendre ce plan à ces derniers. Le FORIP était jusque-là destiné aux planteurs de la canne à sucre seulement. Dans les détails, les planteurs dans la filière non-sucre, que sont les cultivateurs de légumes, de fleurs et de fruits, seront ciblés. Ils doivent avant tout détenir une Farmers Registration Card, délivrée par le Small Farmers Welfare Fund (SFWF). La superficie totale des planteurs regroupés devrait être d’au moins 5 arpents, soit sur des terres privées ou des terrains privés en location. Ce qui permettra aux planteurs de bénéficier de clustering, de la planification de la production des cultures et de l’économie d’échelle. Les terres des planteurs doivent être situées dans la même région et dispersées dans un rayon n’excédant pas 2 km. Ils bénéficieront d’un financement pour la préparation du sol et d’autres facilités infrastructurelles agricoles, tels les réseaux d’irrigation, la construction des voies d’accès pour accéder aux champs, l’aménagement de drains, entre autres. Les travaux de préparation du sol seront sous-traités aux prestataires des services par le ministère, et les paiements seront effectués directement aux prestataires après l’achèvement des travaux et à la réception des factures certifiées par l’AREU. Les bénéficiaires de ce plan devront conclure un accord avec le prestataire de services pour l’exécution des travaux et les champs réhabilités devront rester sous cultur vivrière pour une période minimale d’une année. Ils ne bénéficieront de ce plan qu’une seule fois.
Le FORIP est opérationnel dans le secteur de la canne à sucre comme soutien aux petits planteurs de canne en vue d’atténuer les effets de la baisse des prix dans l’industrie sucrière. Sous ce plan, les petits planteurs de canne bénéficient notamment de l’épierrage, de la préparation du sol, des engrais, des désherbants et d’un soutien technique gratuit.