Les résultats d’Innodis pour l’année financière se terminant au 30 juin 2014 ont subi les effets d’un marché de plus en plus concurrentiel, soutient la direction de ce groupe spécialisé dans l’agro-industrie. Alors que le chiffre d’affaires affiche une très légère augmentation, passant de Rs 4,16 milliards à Rs 4,19 milliards, les profits du groupe sont en repli : Rs 136 millions contre Rs 188 millions en 2012-2013. Si l’on exclut les filiales, le niveau des profits reste stable, malgré une provision de Rs 9,2 millions concernant les bénéfices liés à la retraite des employés.
Commentant la performance du groupe, la direction souligne que deux de ses plus importantes filiales, en l’occurrence Moçambique Farms Limitada et Meaders Feeds Ltd, ont affiché des résultats en baisse comparativement à l’année financière précédente. La filiale mozambicaine, engagée dans l’élevage et le conditionnement de poulets, a cessé temporairement ses opérations durant l’année financière 2013-2014 afin de faciliter la modernisation des fermes et l’installation de nouveaux équipements dans l’unité de conditionnement. Cette période d’inactivité aurait pesé sur la performance. On évoque également la rude concurrence posée par le poulet peu cher importé du Brésil. Jean How Hong, Chief Executive Officer d’Innodis, se veut malgré tout rassurant : « Maintenant que nous avons repris nos activités, il faut laisser du temps à notre équipe de ventes d’apporter les résultats escomptés. Par ailleurs, de notre côté, nous donnons tout notre support au niveau du marketing des produits ». Le CEO annonce que la franchise KFC à Maputo a montré un intérêt à travailler avec Innodis pour la fourniture de poulet.
Sur le plan local, Meaders Feeds a connu une année moins faste que les années précédentes. Jean How Hong explique que Meaders Feeds a été affectée par la baisse du prix des aliments pour animaux sur le marché mauricien. Cette entreprise a beaucoup investi dans l’installation d’une seconde ligne de production ainsi que dans des silos de stockage additionnels, en réponse à la demande croissante en aliments. Le CEO indique que cet investissement, qui s’est réalisé par voie de crédit-bail, a fait grimper les coûts de production ainsi que les frais financiers, mais qu’il était indispensable pour donner à Meaders Feeds les moyens de répondre à la demande et de grandir dans le moyen à long terme.
Les autres facteurs qui auraient également influé sur les comptes d’Innodis sont des frais de marketing et de publicité plus élevés, ainsi que la rude concurrence sur le marché du poulet. « Ceci dit, l’année a été également riche en éléments positifs, notamment la montée en puissance de nos yaourts Dairyvale aux probiotiques, avec le lancement de nos nouveaux pots et de nouveaux parfums. De nouveaux produits de la gamme seront très bientôt sur le marché », ajoute M. How Hong.
Par ailleurs, Innodis diversifie ses activités dans le secteur de la distribution de produits non alimentaires. Elle a signé, avec l’entreprise Mopirove, un contrat de distribution de plusieurs marques de savon/savonnettes et de produits d’entretien ménager.
Innodis a également fait un nouveau pas dans sa stratégie d’expansion régionale avec l’exportation des crèmes glacées Dairymaid et du lait aromatisé Olé. Ces produits ont été acheminés par Uhrenholt, partenaire danois d’Innodis, vers plusieurs pays d’Afrique, au Pakistan et au Népal. Innodis compte développer davantage l’exportation de ses produits laitiers.