Le chiffre d’affaires du groupe Innodis est resté plus ou moins inchangé au cours du premier semestre de l’exercice financier 2014/2015, tournant autour de Rs 2,3 milliards.
La période juillet-décembre 2014 s’est soldée par une baisse des profits nets (de Rs 100,3 millions à Rs 86,3 millions), mais le groupe se réjouit que le dernier trimestre 2014 ait été marqué par une progression des bénéfices après-impôts, ceux-ci passant de Rs 50,7 millions à Rs 52,4 millions.
Selon la direction d’Innodis, l’entreprise a eu à faire face, pendant la période juillet-décembre 2014, aux mauvaises conditions climatiques, qui ont eu des incidences négatives sur les ventes. De plus, ajoute-t-elle, les consommateurs ont fait montre de prudence durant la période précédant les élections législatives. Le groupe a dû également prendre des mesures face à l’appréciation du dollar, qui a fait grimper le prix de certaines matières premières utilisées dans les unités de production de produits laitiers et de poulet.
« Nous avons bien réagi face à ses événements. Nous sommes devenus plus productifs, ce qui nous a permis de gérer l’augmentation des prix des matières premières et, par conséquent, nos coûts de production. Cette faculté d’adaptation est essentielle dans l’environnement hautement concurrentiel dans lequel nous évoluons », déclare Jean How Hong, Chief Executive Officer (CEO) d’Innodis, dans un communiqué de presse.
Le groupe, souligne-t-on, peut s’enorgueillir de plusieurs accréditations obtenues récemment, à savoir la certification HACCP pour ses activités d’emballage au département commercial ainsi que la certification ISO 14001 pour l’unité de production de poulets. Cette dernière certification concerne la mise en place d’un système de gestion de l’impact environnemental des activités de l’entreprise.
Évoquant les activités du groupe dans la région, la direction d’Innodis rapporte que l’unité de production de poulets au Mozambique affiche une performance en hausse par rapport à la période correspondante de 2013. Basée dans la région de Maputo, cette entreprise, fait-on ressortir, a consenti des investissements importants dans la modernisation de son équipement et se concentre aujourd’hui beaucoup plus sur le volet vente/marketing, ainsi que sur le service clientèle. Les résultats, ajoute la direction, commencent à se faire sentir. Par ailleurs, on indique que l’augmentation du prix du poulet dans ce pays en décembre 2014 aurait également contribué à une meilleure performance de la filiale du groupe.