Le gouvernement ne veut pas d’assistanat « où il vous aide une fois après le passage d’une catastrophe naturelle, mais veut faire de vous des entrepreneurs agricoles à part entière en mettant à votre disposition des plans d’aide et de financement ». Déclaration hier du ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo, aux agriculteurs, planteurs et éleveurs, réunis à Réduit, à l’occasion du lancement de vingt plans, tous comportant des subventions.
« Nous voulons vous donner un coup de pouce pour que vous puissiez atteindre l’excellence dans votre tâche. Le pays est déjà autosuffisant en pomme de terre, en légumes, en oeufs et en poulet. Nous devons maintenant consolider ces acquis et voir les secteurs qui sont encore faibles. Nous voulons une agriculture moderne, durable, innovatrice et écologique », a déclaré le ministre. Mais, a-t-il poursuivi, la perception veut que les services agricoles ne soient pas performants. « On a le sentiment que les planteurs ne bénéficient pas de ces services comme il le faut », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que si le chef du département concerné ne veut pas suivre la philosophie du gouvernement, « rien ne va se passer. » « La FAO nous a remis un rapport et nous allons implémenter ses recommandations », dit-il.
Les plans d’aide lancés hier au bénéfice des agriculteurs, des planteurs de légumes et de fruits, des éleveurs, des apiculteurs et tous ceux intéressés par ce secteur sont destinés à redynamiser la culture, l’élevage et l’apiculture.
Dans les détails, ils proposent une approche moderne de la culture des légumes par le biais de culture protégée dans un environnement protégé. L’agriculteur bénéficie d’une subvention à hauteur de 50 % du coût d’investissement d’un montant maximum de Rs 250 000. Pour le captage des pluies et la création de pépinières et d’unités de séchage et l’achat d’équipements agricoles, la subvention est toujours de 50 % mais jusqu’à un maximum de Rs 100 000.
Un nouveau projet, intitulé micro-projet familial, est également lancé. Sous ce plan, les Mauriciens sont encouragés à cultiver leurs propres légumes dans leur arrière-cour. Ils bénéficieront d’une subvention de 80 % du coût du projet jusqu’à un maximum de Rs 5 000. Un don de Rs 10 000 est également prévu sous ce plan. Pour encourager la culture de la pomme de terre, le gouvernement annonce un versement minimal de 10 % des coûts d’investissements à l’achat des semences. Le reste sera payé après la récolte. Cette mesure s’applique aussi à la culture des oignons. Un plan de subvention à hauteur de 30 % est déjà en vigueur pour le compost.
Dans la filière des fruits, les planteurs obtiennent déjà une subvention de 75 % sur les coûts du filet protégeant les arbres fruitiers contre la chauve-souris. Un planteur peut s’acheter jusqu’à dix filets. Une subvention de 50 % est prévue sur l’achat des vaches et génisses, des cabris et des moutons, jusqu’à un maximum de Rs 50 000 par tête. L’éleveur peut s’acquérir jusqu’à un maximum de dix génisses ou vaches sous ce plan. D’autres plans sont prévus pour la modernisation des exploitations d’élevage, la création de pâturages et la culture de fourrage.