Vishnu Lutchmeenaraidoo est passé rapidement sur le secteur de l’Agro-industrie, qui inclut celui de la pêche et de l’élevage, dont celui des porcs. Il a annoncé sept mesures pour cette catégorie d’opérateurs économiques.
A commencer par les petits planteurs de cannes à sucre, qui produisent jusqu’à 60 tonnes de sucre. Au fait, le prix du sucre a chuté sur le marché mondial de Rs 17 500 en 2012 à Rs 12 400 en 2014. Le ministre a annoncé une compensation “one-off” de Rs 3 400 par tonne de sucre à cette catégorie de planteurs pour la récolte 2014 tandis que les grands et les moyens planteurs obtiendront une somme de Rs 2 000.
De plus, les planteurs, les pêcheurs et les éleveurs sont exemptés de tous les intérêts ainsi que de pénalités sur leurs prêts d’un montant maximal de Rs 100 000 auprès de la Banque de Développement (DBM) à condition qu’il rembourse leur prêt dans un délai de trois mois. Les éleveurs de porcs sont aussi concernés par cette mesure sous le Pig Sector Restructuring Programme. La subvention sur la nourriture animale, dont celle pour les vaches, passe de Rs 2 à Rs 4 le kilo. De nouvelles opportunités seront créées par les pêcheurs dans le secteur de l’aquaculture à travers des partenariats avec les grands opérateurs.
Le ministre s’est aussi attardé quelque peu sur l’alimentation de la population car « ce que nous consommons a une corrélation directe sur notre santé ». Et de poursuivre : « Nous avons observé que la nourriture que nous consommons est contaminée avec des pesticides, des insecticides, des fongicides et d’autres produits chimiques. » Une campagne de sensibilisation sera lancée auprès de la population pour qu’elle consomme davantage de produits bio. Un “Bio Farming Development Certificate” sera introduit en vue d’encourager la production des aliments bio et qui donnera droit à diverses exemptions. « Nous avons l’ambition de produire pas moins de 50% de notre alimentation selon la norme bio », a-t-il souligné. Le gouvernement va par ailleurs investir Rs 370 M dans un projet de marché national de vente au gros de légumes et Rs 223 M dans un abattoir moderne.