Ahmed Ajtebi sera le représentant des Emirats Arabes Unis et il sera à sa deuxième visite sur notre turf. On se souvient qu’il était de la partie en 2009, évoluant sans complexe aux côtés de Stéphane Pasquier, Olivier Peslier ou autre Lanfranco Dettori, et qu’il s’était signalé sur Alitalia de l’écurie aMaingard dominant Johnny Murtagh qui pilotait Pablo. Il était alors âgé de 27 ans et effectuait toujours son apprentissage qui se termina en 2010. Avec quatre années d’expérience de plus, ce globe-trotter qui est désormais une star dans son pays natal, pourrait nous montrer un visage encore meilleur cette fois.
Aujourd’hui considéré comme une des plus fines cravaches du globe, Ahmed Ajtebi a connu un parcours unique en son genre, car c’est sur les chameaux qu’il a d’abord  chaussé les étriers. Il était alors âgé de 7 ans. Durant les 8 années où il était en compétition, il a piloté environ 200 gagnants sur un total de 3000 montes. Par la suite, il épaulera son père dans l’entraînement de chameaux. Ce n’est qu’à l’âge de 21 ans qu’Ahmed Ajtebi décide de changer de voie. Ceci après une conversation avec H.H. Sheik Mohamed qui souligna qu’il n’y avait à l’époque pas un seul jockey d’origine Emirati. Aidé par cet homme influent, il entame sa conversion. En 2003, il effectue un stage d’une durée de quatre mois dans l’académie Irlandaise, accompagné de deux jeunes compatriotes. Après un passage sur sa terre natale où il effectuera un baptême du feu discret, il met le cap sur l’Australie et rejoint l’académie de Melbourne. Et c’est au pays des Kangourous qu’il pilotera son premier gagnant, Al Tharn à Geelong pour le compte de John Sadler. Ajtebi est assoiffé d’expérience. Il se rend en Afrique du Sud où il évoluera sous la férule du célèbre Mike de Kock pendant deux saisons estivales. Durant cette période, il sera associé à 19 gagnants sur 85 montes. Il s’imposera également au Zimbabwe. En 2007, il décide de se mesurer aux meilleurs jockeys européens sur le turf britannique. Il y pilotera 6 gagnants sur 26 montes avant de regagner Dubai où il sera sacré champion des apprentis pour la saison 2007/08 avec 11 réalisations. Par la suite, les événements s’enchaîneront. De retour en Grande- Bretagne, il devient le premier Emirati à s’imposer au prestigieux Royal Ascot sur un cheval nommé Regal Parade. En 2009, il exercera à Dubai, mais également en Grande-Bretagne et en Italie où il enleva son premier Groupe 1 avant de mettre le cap aux Etats-Unis où il s’imposera dans les US$2-million Breeders’ Cup Juvenile Stakes sur Vale Of Yorke entraîné par Saeed bin Suroor. Ajtebi partagera son temps entre les Etats-Unis, l’Europe et Dubai où il remportera pas mal de grandes courses.
A sa dernière visite chez nous, Ahmed Ajtebi n’était encore qu’un inconnu des turfistes mauriciens et nombreux sont ceux qui l’avaient sous-estimé d’autant qu’à sa première monte il avait pris la dernière place à l’arrivée. Mais graduellement, l’Emirati a su trouver ses marques et il n’a pas laissé passer sa chance sur Alitalia qui s’imposa avec une certaine autorité. Sa licence de jockey en poche depuis 3 années, Atjebi ne se privera certainement pas de faire vibrer le Champ de Mars le temps de ce week-end.