Pour la 11e année consécutive, Maurice a observé le AIDS Candlelight Memorial, une commémoration internationale en mémoire des personnes vivant avec le sida et celles décédées de causes liées à cette maladie. Le temps d’une cérémonie émouvante au Caudan Waterfront, dimanche soir, les membres de la société civile ont réitéré leur engagement dans ce combat. Le nouveau « national coordinator » du AIDS Candlelight Memorial est Nicolas Manbode, lui-même PVVIH (personne vivant avec le VIH)…
« Le flambeau atterrit enfin entre des mains appropriées », devait lancer l’ancien coordinateur national, Danny Philippe, travailleur social et responsable de l’Ong LEAD. C’est lui qui, en 2006, avait organisé la première édition mauricienne du AIDS Candlelight Memorial. « Nous avions réuni une belle foule de plus de 8 000 personnes ainsi que le Premier ministre d’alors, s’est remémoré Danny Philippe. D’année en année, les différentes équipes qui ont oeuvré à organiser cet événement, que ce soit sur le plan régional ou national, ont surtout tenu à en améliorer la formule afin qu’un plus grand nombre de Mauriciens prenne conscience de l’importance de soutenir les Mauriciens qui vivent avec ce virus. »
Dans le même souffle, l’ancien coordinateur national a indiqué que « cette manifestation fut organisée pour la première fois en 1983 à San Francisco par la communauté gay américaine qui était sérieusement touchée par la maladie, à l’époque». Et de poursuivre, « aujourd’hui je passe le flambeau à un séropositif en la personne de Nicolas Manbode, en sachant qu’il pèsera de tout son poids dans le combat et qu’il l’emmènera au niveau supérieur. »
Les acteurs de la société civile présents à cette commémoration, dimanche soir, n’ont pas manqué, chacun à leur tour, de faire état de leurs « vives inquiétudes et appréhensions quant à différentes prises de décisions politiques et gouvernementales. » Sans cibler qui que ce soit, car l’heure n’était pas au règlement de comptes, ces travailleurs sociaux ont cependant tenu à faire ressortir que « bien que l’on puisse vivre avec le sida, cette maladie n’est pas comme toutes les autres. Elle a certaines spécificités qui, malheureusement, encore en 2016, entraînent des préjugés et des attitudes stigmatisantes envers ceux et celles qui vivent avec », a résumé Nicolas Manbode.
Le directeur exécutif de PILS, Nicolas Ritter, a pour sa part souligné que « Maurice peut parvenir à un état de zéro nouvelle contamination, et donc, diminuer le nombre de nouveaux malades. Mais pour cela, il ne faut pas qu’un renforcement de la société civile. Le leadership et la volonté politique sont également requis. »
Plusieurs artistes se sont succédé sur la scène aménagée sur l’esplanade du Caudan Waterfront ce dimanche soir pour commémorer le AIDS Candlelight Memorial. Le moment le plus émouvant a certainement été l’allumage des bougies en clôture de la soirée, soutenue par l’hymne « Enn Lalimier » composée et interprétée en live par Eric Triton.