Le capitaine Patrick Hofman, le pilote d’Air Mauritius qui avait obtenu un ordre intérimaire de la Cour suprême interdisant qu’il soit déporté, a obtenu l’engagement hier devant le juge en référé Bobby Madhub, que les parties concernées procéderont par les procédures qu’il faut pour son éventuel départ. L’ordre intérimaire a ainsi été set aside. Le Passport and Immigration Office, le Bureau du premier ministre ainsi que la police ont pris l’engagement de suivre les procédures légales. « Mon client aura le droit de contester sa révocation devant les forums appropriés », a déclaré son avocat, Me Gavin Glover, SC.
Le président de l’Airline Employees Association, qui se bat en Cour suprême pour conserver ses droits depuis samedi, se dit soulagé du dénouement de cette situation. Après une trentaine de minutes devant le juge en référé Bobby Madhub, les défendeurs dans cette affaire ont pris l’engagement de ne pas l’arrêter et le déporter. « Il y a eu un undertaking qu’ils vont suivre les procédures selon la loi. Mon client aura le droit de contester les décisions prises devant les forums appropriés », a déclaré Me Glover. Le pilote pour sa part a déclaré à la presse que c’est un soulagement car il est très fatigué. « Je suis toujours sous certificat médical jusqu’au 15 octobre. Ces événements n’ont pas amélioré ma situation. J’ai reçu un soutien incroyable non seulement du personnel mais de toute la population. Il y a eu une solidarité fabuleuse au-delà des frontières », a soutenu Patrick Hofman. Sous les conseils de son avocat, il a « dû se cacher pendant un week-end entier ».
Vendredi soir, le Prime Minister’s Office avait retiré le permis de résidence de Patrick Hofman. Ce Permanent Residence Permit avait été émis officiellement le 28 avril 2016 pour une période de 10 ans sous la section 5 A de l’Immigration Act. Depuis 2003, il avait un contrat en tant que Flight Captain avec Air Mauritius. Il ajoute que jeudi, il devait prendre le vol à destination de Perth mais, pour des raisons de santé, il n’avait pu le faire. Il a même produit un certificat médical à cet effet. À son grand étonnement, le capitaine Hofman devait apprendre vendredi qu’il avait été limogé sans aucune autre forme de procès. Samedi, il saisit la justice et obtient un ordre du juge en chambre pour qu’il ne soit pas déporté. « No amount of damages can adequately compensate me for the consequences of the decisions which have been taken in the last 24 hours by the respondents and co-respondents », avait-il fait ressortir dans sa plainte. Le capitaine Hofman attire l’attention du juge sur le fait que Maurice est devenue sa nouvelle patrie vu que ses enfants y ont vécu et qu’il est propriétaire d’un bateau de plaisance, d’une motocyclette et que ses biens personnels sont à Maurice. « I am no longer a resident of Belgium and I caused myself to be deregistered in Belgium since 2008 », fait-il comprendre, ajoutant que « the fact that I have lost my employment does not make me a destitute inasmuch as I have accumulated properties and savings ».