Le conseil d’administration d’Air Mauritius, qui s’est réuni le lundi 23 octobre pour se pencher sur les demandes de réintégration du commandant Patrick Hofman et du pilote Bain Ulyate, soumises à la direction mardi dernier, n’a pris aucune décision en ce sens. Le communiqué émis par MK hier après-midi indique que le board de la compagnie a plutôt opté pour l’institution d’un comité ad hoc présidé par le Senior Counsel Me Patrice Doger De Spéville, pour se pencher sur les appels des deux pilotes contre leur limogeage et leurs requêtes de réintégrer la compagnie. 
Cette démarche est interprétée dans les milieux concernés comme une stratégie visant à la fois à épargner au management et au conseil d’administration la responsabilité de trancher sur l’avenir des pilotes avec des voix favorables à la réintégration de seulement un des deux. D’où le choix d’avoir recours à une tierce partie pour se fixer. D’autant plus que le troisième limogé, le pilote mauricien Frédéric Gébert, a été réintégré à son poste après des excuses présentées à la compagnie.
De son côté, le président de la Mauritius Air Line Pilots Association (MALPA), Shehzaan Laulloo, affiche un certain scepticisme vis-à-vis de cette décision du conseil d’administration. « C’est inquiétant de voir que le conseil d’administration d’Air Mauritius n’a fait que passer la balle en quelque sorte à un comité. Cela ne fait qu’empirer les relations qui sont déjà très tendues en ce moment. Le sort des deux pilotes ainsi que leur famille est terrible et on est tous derrière eux. Je parle non seulement des pilotes mais aussi des autres employés de MK ainsi que des associations de pilotes à l’étranger. Nous espérons que ce comité siégera très rapidement et prendra en compte les cas de ces deux pilotes. Chaque jour qui passe sans décision nuit à l’image de MK et ne peut donc pas être bon ni pour l’entreprise ni pour ces employés », a-t-il laissé entendre.
Par ailleurs, selon nos recoupements, parmi les pilotes qui ont pris position lors d’une opération de « mass-mailing » à titre individuel à la direction d’Air Mauritius, à l’attention du Chief Executive Officer (CEO), Somas Appavou, avant la réunion d’hier, l’on retrouve des seniors. « Don’t shoot the messenger. Is this not what Air Mauritius has done ? Bain, Patrick and Freddy were the messengers. The messengers are symptoms. What are the underlying problems that have caused this crisis ? They are still there despite the suspension of the two pilots… » peut-on lire dans l’un des emails envoyé à l’intention du management. Les pilotes ont dans la foulée demandé au CEO une « unconditional reversal of the suspension of our colleagues Patrick and Bain, and removing from the record the apology that Freddy made in order to be reinstated is a bold move. Do this and you will be astounded at the level of goodwill that does exist in this company that you have just become leader of ».