C’est devant une foule record que s’est tenue la 164e édition de la Maiden Cup. Si Bulsara, le porte-drapeau de l’entraînement Gujadhur était présenté comme la première chance de cette épreuve, c’est son compagnon d’entraînement, Vettel, confié à Kevin Ghunowa qui lui vola la vedette au terme d’une course menée de bout en bout. Sans diminuer les mérites de la doublure de Ramapatee Gujadhur, le déroulement de cette épreuve est loin d’être un exemple à suivre dans les académies des jockeys. Et ce n’est pas  Swapneel Rama qui nous contredira. Autant le Mauricien a été brillant une semaine plus tôt, autant fut-il lamentable dimanche sur Skippyjon Jones. En laissant le champ libre à Vettel et Love Struck aux avant-postes, il a non seulement ruiné ses chances mais a aussi faussé la plus prestigieuse épreuve de notre calendrier.
Comme attendu, ce fut Vettel qui mena le peloton. Love Struck prit sa foulée suivi de Skippyjon Jones, Everest, Diamond Light, Bulsara, One Cool Dude quelque peu ardent et Ice Axe. Contrairement à ce qui fut le cas dans  le Turf Magazine Golden Trophy, Vettel partit plus prudemment, ce qui permit à Mark Neisius de rester coller à basques. Mais là où les choses se corsèrent pour les autres protagonistes, c’est quand Vettel réduisit l’allure au passage du but pour la première fois sans que Rama ne prit la décision de se rapprocher. À cet instant, l’écart entre Love Struck et la monture du Mauricien se situait à environ quatre voire cinq longueurs. La résultante de ce manque d’initiative fit que Skippyjon Jones courut une deuxième course dans laquelle se retrouva empêtré le favori aussi bien que Diamond Light, un de ses principaux adversaires.
La physionomie de la course resta inchangée en début de descente avec Rama campant toujours sur sa position. Le favori fut relégué à environ 10L tandis que One Cool Dude et Ice Axe se retrouvèrent encore plus distancés. On pouvait assurément dire que c’en était fini pour eux.
Le rythme s’accéléra à l’avant progressivement au poteau des 800m. Malgré cela, Love Struck garda le contact alors que Skippyjon Jones se retrouvait toujours à cinq longueurs de son compagnon d’entraînement. Devant le manque de réaction de Rama, les jockeys de Everest, Diamond Light et Bulsara prirent les choses en main en se lançant à la poursuite des fuyards. Nous sommes alors à 500m de l’arrivée.
Monté aux bras par Kevin Ghunowa, Vettel aborda la dernière ligne droite avec de solides prétentions. Il était évident à ce moment-là que Love Struck était le seul adversaire à pouvoir lui disputer la victoire. La monture de Mark Neisius fit illusion en début de ligne droite mais bien soutenu par Ghunowa, Vettel repoussa avec une certain assurance son attaque pour rallier le but avec plus d’une longueur d’avance. Bulsara conclut sur une plaisante note mais ce fut insuffisant pour inquiéter outre mesure son compagnon d’entraînement. Skippyjon Jones compléta le quarté devant un bien décevant Diamond Light.
Vettel boucla les 2400m en 2.28.26 et offrait à Kevin Ghunowa la toute première classique de sa carrière. Quant à la toque jaune, elle brilla encore une fois de mille feux dans une grande course.
L’autre grand bonhomme de cette journée classique fut Derreck David qui, fort de son quadruple (Cherish The Charm, Sole Mio, Lietuva et Harba) accroît son avance au classement des jockeys, le Sud-Africain comptant à présent sept longueurs sur son plus proche poursuivant, Jeanot Bardottier. Ce dernier n’a eu que la victoire de Ek Tha Tiger à se mettre sous la dent.