Air Mauritius parle de pourparlers continus devant la CCM.

L’attente est trop longue et les employés désespèrent de toucher les arrérages que leur doit la compagnie d’aviation nationale. Ils craignent qu’avec les négociations entamées par Air Mauritius avec la Financial Services Commission (FSC), l’entreprise n’apporte des changements à la baisse concernant le fonds de pension.

La réunion de l’intersyndicale et de la direction d’Air Mauritius devant la Commission de conciliation et de médiation (CCM) fin janvier sera ainsi décisive dans le choix des employés. Déjà à 81,4%, lors d’une assemblée générale spéciale en décembre dernier, ils ont signifié leur intention d’enclencher les procédures pour une grève si la CCM ne parvient pas à mettre d’accord les syndicats et la direction de la compagnie lors de cette ultime rencontre de fin janvier. Pour Air Mauritius, il n’y a pas de « dispute », donc pas de menace de grève… 

Deux litiges opposent l’intersyndicale d’Air Mauritius à la compagnie d’aviation nationale. Le premier concerne l’accord collectif d’avril 2015 qui n’a pas été finalisé ni en 2015, ni en 2016, ni en 2017. Ce n’est qu’en 2018 que les syndicats et la direction d’Air Mauritius sont parvenus à un accord avec notamment une décision prise sur une augmentation salariale de 10 % pour tous les employés. Cependant, si cette hausse a été approuvée, les arrérages, en raison d’un manque d’argent dans la caisse de MK, n’ont jusqu’ici toujours pas été payés malgré l’engagement pris par Air Mauritius en 2019.

L’autre point de discorde porte sur le fonds de pension de la compagnie qui connaîtrait un déficit de quelque Rs 1,85 milliard, selon le négociateur Jack Bizlall. A ce propos, la compagnie d’aviation nationale est en négociation avec la FSC. Si un accord a été trouvé, les employés, qui veulent savoir précisément comment l’entreprise compte s’y prendre pour redresser la barre, déplorent qu’aucun détail ne leur a été communiqué. D’où leur crainte grandissante quant aux décisions que pourraient prendre MK pour éponger sa dette et dans le sillage changer les conditions de pension à la baisse.

C’est d’ailleurs dans cette optique que l’affaire, incluant le retard cumulé depuis 2015 à 2019 sur les arrérages, a été portée devant la CCM l’année dernière. « Si le président de la CCM est venu à deux reprises à MK pour concilier les deux parties, Air Mauritius n’a pas respecté ses engagements », explique Jack Bizlall. Une nouvelle rencontre devant la CCM est fixée pour la fin de ce mois. Devant l’attitude d’Air Mauritius, les employés de l’entreprise se sont réunis en assemblée spéciale en fin de décembre de l’année dernière pour décider de la marche à suivre pour régler une fois pour toutes ces problèmes sur le plan des relations industrielles, en particulier concernant les salaires. Lors de cette assemblée, trois options ont été présentées aux employés : 1) attendre une décision de la direction, 2) le recours à la justice, et 3) faire la grève. A 81,4% les employés ont voté pour une intention de se mettre en grève si aucune conciliation n’est dégagée de cette rencontre devant la CCM, indique le négociateur. « Il y aura un vote statutaire en février en ce sens », dit Jack Bizlall.

Du côté de la direction d’Air Mauritius, on estime qu’il n’y a aucune menace de grève en perspective. La direction et l’intersyndicale sont toujours en pourparlers devant la CCM qui ne s’est pas encore prononcée, laisse-t-on comprendre. Dans une communication interne, Air Mauritius laisse entendre que les discussions se poursuivent à la CCM au sujet du régime de pension, du paiement des arrérages et des prochaines négociations avec les syndicats. S’agissant du nouveau plan de pension, conçu avec l’aide d’experts, soumis à la FSC et qui a pris effet le 1er janvier 2019, MK se dit disposée à apporter des clarifications supplémentaires si nécessaire. Au sujet des arrérages, la position d’Air Mauritius reste inchangée, écrit la compagnie, rappelant son engagement à s’acquitter de cette dette sujette au retour à la profitabilité soutenue de la compagnie.

MK disposée à apporter des clarifications supplémentaires

Pour finir, la compagnie d’aviation nationale indique avoir déjà convenu d’une date avec les syndicats pour le début des discussions. Du fait que la CCM n’a, à ce jour, émis aucune décision, les consultations se poursuivent avec les syndicats sur ces trois sujets, explique Air Mauritius. Et de souligner, par ailleurs, que si intention de vote il y a, il faut aussi tenir compte que sur les 3 000 employés que compte MK, 1 400 sont affiliés à l’intersyndicale. Or, lors de la dernière assemblée spéciale de l’intersyndicale, 475 voix qui se sont exprimées, avec comme chiffre brandi 81,4% de voix souhaitent entamer une grève si aucun accord n’est trouvé. « Il ne faut pas croire que ces 81,4% de voix représentent l’ensemble des employés d’Air Mauritius », laisse-t-on entendre.

Dès lors, estimant qu’il n’y a, à ce stade, pas de « dispute », Air Mauritius est d’avis qu’il n’y a pas de menace de grève. La compagnie précise par ailleurs faire face à un contexte difficile et s’apprête à s’engager dans une transformation cruciale pour sa pérennité. « La direction est favorable à ce que toutes les parties concernées puissent trouver des solutions dans le dialogue, et dans le cadre des lois et des institutions du pays », apprend-on.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In