• Air Mauritius lui réclame Rs 50 M de dommages pour avoir fait circuler une lettre décriant les pratiques au sein de la compagnie

Raj Ramlugun, dont le contrat comme consultant d’Airmate a été résilié après avoir « critiqué » la situation financière en déclin d’Air Mauritius, fait face cette fois à une mise en demeure servie par la compagnie d’aviation nationale et rédigée par l’avoué Jaykar Gujadhur, Senior Attorney. Dans cette mise en demeure, MK dénonce les agissements de l’ancien consultant d’Airmate qui, selon elle, lui ont porté préjudice.

Les difficultés d’Air Mauritius annoncées après la présentation du bilan financier en février avaient été abordées par Raj Ramlugun dans une lettre adressée au Premier ministre et aux hauts responsables de MK. Une lettre qui n’aurait pas plu à la direction de MK qui déplore le fait que Raj Ramlugun veut faire croire « à une situation délicate au sein d’Air Mauritius ». Raison pour laquelle une mise en demeure a été servie à celui dont le contrat a été résilié.

Dans cette mise en demeure rédigée par le Senior Attorney, Me Jaykar Gujadhur, il est indiqué que Raj Ramlugun a voulu démontrer dans sa lettre que la compagnie « est gérée par des personnes incompétentes » et que la direction « est faite de petits copains et petites copines ». MK soutient que Raj Ramlugun a porté préjudice à la compagnie en indiquant que les intérêts des employés et des actionnaires « ne sont pas privilégiés ».
De ce fait, MK soutient dans cette mise en demeure : « M. Ramlugun has been negligent and imprudent in publishing and printing the said letter. The publication and printing of the said letter by M. Ramlugun amounts to “faute” on his part and as a result of the said “faute” Air Mauritius has suffered damage and prejudice in the sum of Rs 50 million which M. Raj Ramlugun is bound to make good to Air Mauritius ». La compagnie trouve le montant justifié étant donné les critiques formulées par Raj Ramlugun qui visent « à entacher la réputation de la compagnie d’aviation nationale ».