Des représentants de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé, mené par Reeaz Chuttoo et Jane Ragoo ont, à la mi-journée, été interdits d’accès au 19e étage de l’Air Mauritius Building. Des menaces de licenciement au sein de la filiale d’Air Mauritius Airmarte Ltd se précisent avec dans un premier temps 70 employés de la Loading Section affectés. La situation a failli dégénérer avec les agents de la sécurité de Brinks, qui ont à maintes reprises tenté d’utiliser la force pour leur interdire l’accès aux ascendeurs. Questionnés par la presse quant au pourquoi d’une telle réaction, ces derniers très remontés ont déclaré : « Se instructions ki nou finn gagner. »
Les tentatives de raisonner avec les agents de Brinks se sont avérées vaines. Le ton est monté plus d’une fois entre eux et Reeaz Chuttoo. Les syndicats et leurs délégués ont maintes fois fait comprendre qu’ils voulaient simplement déposer une lettre émanant du bureau international de l’emploi (ILO) en main propre au Chairman, Arjoon Suddhoo.
Or, force a été de constater qu’il a fallu lutter et faire pression, pendant plus de 45 minutes, pour que les syndicats et les délégués d’Airmate puissent accéder au boardroom au 16e étage.
À l’heure où nous mettions sous presse, Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo ainsi que les délégués y étaient toujours en attendant de pouvoir rencontrer Arjoon Suddhoo. Si tel n’est pas le cas, ils camperont sur place. Entre-temps un mot d’ordre a été lancé aux employés d’Airmate de se regrouper au rez-de-chaussée du bâtiment. C’est après que tout s’est arrangé que cinq policiers dont un inspecteur et un sergent ont rappliqué sur place pour demander à ceux restés au rez-de-chaussée de rester calme.
La CTSP a adressé une lettre à Arjoon Suddhoo le 11 mars dernier suivie d’une rencontre pour qu’il règle les problèmes auxquels font face les employés d’Airmate, une filiale d’Air Mauritius. Ils sont 800 employés à effectuer les mêmes tâches que leurs collègues d’Air Mauritius mais sont payés trois fois moins.
Il est stipulé qu’Arjoon Suddhoo avait demandé six semaines en raison de sa récente nomination. Or, il n’a jamais positivement réagi d’où une nouvelle lettre le 15 juin. Entre-temps, 10 membres du personnel de la réservation ont perdu leur emploi. Une dizaine d’autres vont suivre, suivis de 70 employés issus de la loading section, qui sont sous le coup de perdre leurs emplois.
Pour éviter un tel drame, la CTSP a adressé une correspondance, le 18 mai dernier, au bureau international de l’emploi.
Karen Curtis, Chief, Freedom of Association Branch, International Labour Standards Department, a dans sa réponse soutenu que « ILO has immediately intervened with the authorities of Mauritius in this regard. Any comments or observations that the government may make in respect of this matter will be transmitted to you for information. »
En début d’après-midi aujourd’hui, Jane Ragoo a confié au Mauricien qu’une réunion était en cours avec le directeur des ressources humaines d’Air Mauritius, M. Beeharry-Panray mais que rien ne concluant n’en sortait.