La demande d’ordre d’éviction réclamée par ATOL contre les trois restaurants d’Airway Coffee à l’aéroport a été appelée hier devant le Chef juge Keshoe Parsad Matadeen. Les représentants légaux d’ATOL ont voulu déposer un nouvel affidavit, ce à quoi ont objecté les hommes de loi d’Airway Coffee. Ils estiment que le document contient de nouvelles informations qui ne figurent pas dans l’affidavit initial. L’affaire sera de nouveau appelée le 25 mai.
Rappelons que dans un affidavit juré en Cour suprême en mars 2015, Airports of Mauritius Co Ltd et Airport Terminal Operations Ltd demandaient la mise en liquidation d’Airway Coffee qui n’avait toujours pas honoré ses dettes, soit la somme de Rs 23 368 175 à Airports of Mauritius Co Ltd et Rs 59 773 148.19 à Airport Terminal Operations Ltd. Airway Coffee avait un contrat avec l’aéroport de Plaisance depuis le 3 juin 2010. En février 2015, Airway Coffee devait Rs 83 M à Airports of Mauritius mais, en dépit de négociations, n’avait pas honoré ses dettes. La juge Rehana Mungly-Gulbul avait conclu qu’Airway Coffee ne pourrait pas les rembourser, d’où l’ordre de mise en liquidation. Yuvraj Thacoor de Grant Thornton avait été nommé liquidateur provisoire. Par ailleurs, le 1er octobre, le contrat d’Airway Coffee étant arrivé à expiration, la compagnie avait fait une demande d’injonction pour qu’ATOL entreprenne des démarches pour permettre l’accès à ses employés. La Cour suprême a ainsi rejeté la demande, faisant ressortir qu’émettre des droits d’accès n’avait aucun « useful practical purpose » car Airway Coffee n’a plus le droit d’opérer. « Granting the injunction by ordering that the access permits be issued would serve no useful practical purpose, as it cannot have the effect of reviving or reinstating a concession agreement that has been terminated », avait soutenu la juge Aruna Devi Narain.