En lieu et place d’une conférence de presse du Premier ministre annoncée par Paul Bérenger pour le mardi 26 août, c’est à un de ses communiqués du début de soirée que l’on a eu droit ce jour-là. Communiqué portant sur ce qui se voulait un exercice d’explications de la présence contestée de la compagnie Airway Coffee du tandem Nandanee Soornack- Rakesh Gooljaury à l’aéroport. Nous revenons sur le dossier publié en primeur par Week-End en janvier 2013 pour un éclairage renouvelé sur toute cette affaire, le rappel des différentes séquences étant important pour une bonne compréhension de cette affaire.
Le communiqué du PMO dit ceci : «En mai 2009, la compagnie AML a lancé un appel d’offres public invitant les parties intéressées à soumettre des offres pour la gestion des restaurants afi n de rehausser la qualité des services et maximiser les recettes d’AML. Aucune des sept offres reçues ne répondait au critère de pourcentage des recettes à être versées à AML.» C’est bizarre puisqu’il y avait déjà un prestataire du nom de Tropical Times qui avait remporté un exercice d’appel d’offres sous un gouvernement travailliste en 1999, contrat qui s’était poursuivi après un nouvel exercice en 2007 toujours sous un régime rouge vif.
Si la procédure de mai 2009 n’a pas été concluante, c’est plutôt parce que la compagnie qui avait des visées sur le contrat était encore au stade des fonds baptismaux. C’est le 24 mars 2009 qu’est enregistrée — aux bons soins de Kushal Lobine, l’actuel président de la State Insurance Company of Mauritius (SICOM) — la compagnie Airway Coffee de Nandanee Soornack, Akshawv Oogarah, le fi ls de cette dernière, et Rakesh Gooljaury. Une démarche qui, pour la petite histoire, est mémorable puisqu’elle intervient à quelques jours de l’attente d’un heureux événement pour Mme Soornack.