Alain Jeannot

Depuis des années maintenant, le président de l’association Prévention routière avant tout (PRAT) se sent Interpellé par le problème grandissant des accidents de la route à Maurice. Il a fait de la sécurité routière son cheval de bataille. Dans l’entretien qu’il accorde aujourd’hui au Mauricien, Alain Jeannot plaide pour une éducation plus structurée à la sécurité routière. Il n’exclut pas toutefois un durcissement des lois et la prise de décisions impopulaires pour freiner cette hécatombe sur nos routes.

Depuis le début de 2018, les accidents mortels se succèdent sur nos routes. Est-ce à dire que les campagnes de sécurité routière n’ont servi à rien ?

Les campagnes de sensibilisation ne peuvent, à elles seules, répondre aux exigences de la sécurité routière même si elles en sont un des piliers. Il y a aussi la nature de la flotte, la répression, les infrastructures, les véhicules eux-mêmes et d’autres éléments qui entrent en jeu pour assurer le bon partage de la route.

Par contre, si la sensibilisation était à la mesure des campagnes électorales, elle aurait peut-être été porteuse de meilleurs résultats. Allez demander aux enfants de Quatre-Bornes s’ils connaissent les couleurs ou le symbole de tel ou tel candidat à la récente joute électorale et comparez leurs réponses à celle qui consiste à savoir de quel côté un piéton doit marcher et vous verrez le sens de ma comparaison.

Ayant dit cela, il est certain que sans sensibilisation, la situation aurait pu être pire.

On attribue ces accidents de la route à deux principaux facteurs : le comportement humain et les manquements des infrastructures routières. À Maurice, quelle est, selon vous, la part de l’une et l’autre de ces causes ?

Le comportement humain est certainement une des causes principales de l’insécurité routière. Toutes les deux minutes la police verbalise un conducteur ou un pilote de deux roues motorisées ; c’est une indication sérieuse. De plus, ce ne sont que les deux seules catégories qui sont exposées à des sanctions légales à Maurice. Les piétons, eux peuvent traverser l’autoroute et les cyclistes peuvent circuler sans phares le soir – à vous de les voir – sans même se faire réprimander ! Voilà où nous en sommes pour ce qui concerne l’indiscipline.

Quant aux infrastructures, malgré tous les efforts consentis ces derniers temps, il n’est pas facile de rattraper le retard que nous avons à concilier nos facilités avec le profil de nos victimes, car sept tués sur dix sont des piétons et des motocyclistes. Nos routes n’ont pas été assez développées pour protéger ces deux catégories à vulnérabilité grandissante.

Est-ce que c’était une bonne idée d’abandonner le permis à points alors même qu’il n’y a jamais eu une évaluation de son efficacité à réduire la violence routière ?

Le permis à points n’est pas un remède miracle. D’autres éléments contribuent à déterminer la sécurité routière.

Dans le contexte mauricien, ce que le permis à points était venu dire c’est « stop à l’indiscipline ! » C’est le signal qui est important. Il est regrettable que certains manquements aient été à l’origine de son abandon précoce. Encore une fois, c’est le signal qui a été mal perçu par les indisciplinés de la route et non l’abandon en lui-même.
Ayant dit cela, notre vulnérabilité routière est grandement due à la nature de notre flotte de véhicules. Notre pays est parmi les sept premiers au monde avec le plus grand nombre de deux roues motorisées par tête d’habitant.
Or, nous savons qu’un deux-roues motorisé est 20 à 30 fois plus à risques qu’un quatre roues. Donc, avec une flotte composée de 40 % de deux roues motorisées, nous partons avec un lourd handicap.

La Malaisie est un pays doté de très belles infrastructures, de système de permis à points et autres facilités, pourtant elle affiche un taux de fatalité de 25 victimes par 100 000 habitants.

Pourquoi ?

Eh bien, sa grosse flotte de véhicules est composée de plus de 50 % de deux roues motorisées et les pilotes de celles-ci sont surreprésentés dans le pool des victimes. À Singapour, les deux roues ne représentent 15 % de la flotte. Pourtant des 141 victimes de la route en 2016, 62 étaient des utilisateurs de deux roues motorisées, soit plus de 43 %. Si nous n’avons pas autant de victimes par rapport à notre flotte, c’est parce que le nombre de kilomètres parcouru est moindre et nos motos sont pour la plupart des petites cylindrées.

Cependant, nous n’allons pas pouvoir soutenir assez longtemps encore cette croissance alarmante du nombre de véhicules motorisés sur nos routes. Notre flotte de véhicule a augmenté de 530 % en 30 ans et accuse une croissance de 4,5 % chaque année.

Pour combien de temps encore pourrons-nous durablement soutenir une telle pression sur nos routes ? En France, en ce début d’année, la vitesse sur les routes secondaires à deux sens a été ramenée de 90 km/h à 80 km/h. Pensez-vous qu’il faille aussi revoir à la baisse la vitesse sur nos routes ?

Dans l’idéal et à certains endroits à risque, oui. Parce que réduire la vitesse de 10 % ferait baisser le nombre d’accidents fatals de 40 %. Il ne faut pas oublier que la vitesse est non seulement une des causes des collisions mais est aussi le facteur aggravant par excellence.
Mais il est clair que pour baisser la limite de vitesse, il faut aussi considérer certains facteurs économiques et développer nos facilités en fonction de nos objectifs.

La France préconise également l’éthylotest au démarrage dans des cas spécifiques. Ne pourrait-on pas rendre un tel gadget obligatoire à Maurice aussi ?

Je pense que ce genre de mesure serait approprié pour les chauffeurs professionnels. Faut-il, cependant, faire tout ce qui se fait à l’étranger ? La France compte 70 millions d’habitants, 40 millions de véhicules et un réseau routier d’un million de km, les risques ne sont ni comparables et ni traitables de la même manière qu’ici. Nous sommes un petit pays, gérable de manière moins compliquée mais il faudrait cibler les priorités. Il faut prendre des mesures impopulaires, mais salutaires à long terme.

Vous voulez contrôler l’alcoolémie au volant ? Pourquoi ne pas multiplier le nombre de « random tests » indépendamment du jour et de l’heure ? Hong Kong, État insulaire trois fois plus petit que Maurice, détient une flotte de 740 000 véhicules mais soumet ses chauffeurs à 200 000 alcotests par an. Avec un parc de 530 000 véhicules, combien de tests faisons-nous chaque année ?

Devant cette hécatombe, n’est-il pas temps de tout recommencer à zéro, refaire l’éducation de tous les conducteurs sans distinction, leur refaire passer leur permis avec davantage de rigueur, couplé à un durcissement plus sévère de nos lois contre les contrevenants ?

Oui, il faut améliorer nos rapports sociaux et pas que sur la route car, si nous nous comportons de manière respectueuse et civilisée avec les visiteurs dans les hôtels, nous avons tendance à être moins courtois avec nos compatriotes en dehors de ces lieux. Vous êtes-vous demandé le pourquoi de cette inadéquation ? Cette attitude serait-elle attribuable à la direction des hôtels qui conditionne avec efficacité le comportement de leur personnel envers les clients ? Retrouvons-nous ce même accent pour la courtoisie et le respect ailleurs ?

Ayant dit cela, il est clair que la nécessité d’un système de permis probatoire se fait sentir eu égard au nombre grandissant de jeunes parmi nos victimes. Ils comptent pour plus de 40 % des tués et des blessés graves chez nous.
De plus, il serait temps de mieux sensibiliser les personnes âgées à la route et développer des mesures et infrastructures pour mieux les protéger car 50 % des victimes piétonnes sont âgées de plus de 60 ans.

Il est certain qu’un durcissement des lois accompagné de son application bien médiatisée ira dans le sens d’une amélioration. La presse jouit d’une confiance certaine dans la population et travailler avec les autorités pour promouvoir la dissuasion est susceptible de décupler l’effet de celle-ci.

Propos recueillis par Patrick YVON