Muette depuis la deuxième journée, la paire Perdrau-Joorawoon s’est illustrée de fort belle manière lors du cinquième acte avec un brillant triplé à son actif. Les retombées positives n’ont d’ailleurs pas tardé, Rye Joorawon rejoignant Brandon Lerena en tête du classement des jockeys alors qu’Alain Perdrau faisant son entrée dans le Top 5 du côté des entraîneurs avec Rs 1 025 000 de prix remportés. Le cavalier mauricien, que nous avons rencontré à sa sortie de la jockey’s room samedi dernier, est revenu sur cette journée faste pour l’entraînement Perdrau.
« Je ne m’attendais sincèrement pas à remporter un triplé aujourd’hui. J’ai eu de la chance dans mes courses et c’est ce qui m’a aidé à récolter une telle moisson », nous a déclaré le Mauricien avec toute la franchise qui le caractérise. Avec seulement vingt chevaux au sein de son écurie – le deuxième plus petit effectif des entraîneurs exerçant au Champ de Mars – Alain Perdrau peut se targuer, comme la saison précédente, d’avancer lentement mais sûrement tout en saisissant sa chance quand elle se présente. Et c’est justement ce que fit Icy Jet dans The Jocelyn Maingard Cup. Après une rentrée mitigée il y a quinze jours, l’alezan a, cette fois, été exact au rendez-vous en réalisant le bout en bout.
« Icy Jet a eu une meilleure ligne aujourd’hui. La dernière fois, il a été un peu malchanceux car j’ai dû beaucoup le solliciter au départ pour trouver une bonne position et il s’était montré ardent. Cette fois-ci, je n’ai pas eu à trop le pousser et il a pris facilement le commandement. Il était bien détendu et il a fait ce qu’on attendait de lui. Il était très bien à l‘entraînement. Il était même le coursier d’Alain Perdrau qui avait le mieux travaillé durant la semaine. Comme tout le monde le sait déjà, Icy Jet fait ses meilleures courses quand il peut diriger les opérations. Il perd en revanche sa course si vous essayez de le bounce au départ », nous a soutenu le cavalier mauricien à son propos.
L’issue de la course ne faisait également aucun doute pour Yannick Perdrau, l ‘assistant-entraîneur dès qu’il a vu son protégé s’emparer du commandement. « Icy Jet avait eu des courses difficiles l’année dernière après sa victoire sur Valere vu qu’il n’avait pu imposer son racing pattern. Aujourd’hui, il a fait ce qu’il sait faire le mieux, il prend la tête et court bien détendu. Quand j’ai vu que ses oreilles étaient bien droit dans la descente, il ne faisait aucun doute pour moi qu’il allait tout donner dans la ligne droite ».
Abington ou celui qu’on attendait pas
C’est par l’entremise d’Abington que le duo Perdrau-Joorawon réalisa la passe de deux dans l’épreuve principale de la journée. Face aux cadors que sont Tandragee, Albert Mooney ou même Casey’s War, Abington avait été quelque peu délaissé par les turfistes mais le fils de Victory Moon a démontré, preuve s’il en fallait, qu’il pouvait se hisser au niveau des meilleurs quand les circonstances le lui permettaient. Avec le handicap et la ligne en sa faveur, le porte-drapeau d’Alain Perdrau a bénéficié d’un parcours de rêve à la corde avant de tromper la vigilance de ses rivaux dans la ligne d’arrivée, à la grande satisfaction de son entourage.
« De par sa condition, Abington n’était pas aussi bien que l’année dernière où il avait gagné dès sa première sortie. Aujourd’hui, il a vraiment donné le meilleur de lui-même et tout le crédit revient à Rye qui ne l’a pas laissé s’endormir durant la course. Il a gardé le cheval sur le mors au contact des autres. Il a fait le maximum et sa ligne droite a été tout simplement splendide. Avec son handicap et sa ligne, je me disais qu’il devrait faire le tiercé mais de là à gagner contre des chevaux qui ne sont pas de la même trempe de ceux qu’il a affrontés l’année dernière, j’avais quelques réserves. Mais c’est un cheval qui a beaucoup de coeur et il l’a prouvé aujourd’hui. Avec son jockey, ils ont été tous deux au summum de leur art », s’est enthousiasmé Yannick Perdrau à l’issue de la course.
Interrogé au sujet de sa monture, Rye Joorawon avouera qu’il pouvait comprendre pourquoi elle ne s’était pas attiré la faveur des parieurs, d’autant qu’il affrontait un champ très relevé pour sa reprise avec la compétition. « Abington commençait à montrer le bout du nez à l’entraînement. Si vous aviez demandé l’avis des spécialistes avant la course, ils vous auraient dit qu’il valait mieux ne pas parier sur lui car sa robe était peu reluisante. Il a,  en revanche, eu de la chance d’avoir plusieurs chevaux rapides pour animer son épreuve. Son faible handicap a aussi joué un rôle important dans sa réussite. C’est un coursier qui aime bien courir avec la lice. Il a quelque peu hésité à l’entrée de la dernière ligne droite mais il a repris du terrain sur les chevaux de tête qui faiblissaient et a résisté courageusement au retour de Ryder Cup».
Red Tractor au bout du suspense
Le récital de l’actuel co-leader au championnat des jockeys était cepedant loin d’être terminé puisque le Mauricien frappa pour la troisième fois consécutive avec Red Tractor dans The Philippe Goupille Cup. Arrivé deuxième derrière Indaba My Children, Rye Joorawon logea une protestation contre le vainqueur, ayant été victime d’une gêne à l’entrée de la dernière ligne droite. Après de longues délibérations de la part des commissaires de courses, Red Tractor l’emporta sur tapis vert, une juste décision si l’on se fie aux dires du jockey.
« Red Tractor avait bien progressé par rapport à l’année dernière où il avait beaucoup tiré du fait qu’il était fresh. Il est bien sorti des boîtes et a eu une belle course en deuxième position. On a été un peu malchanceux d’être gêné en ligne droite mais les commissaires de courses lui ont donné raison après avoir revisionné la course. Je suis convaincu que Red Tractor l’aurait emporté sans cette gêne. Comme je l’ai dit dans l’enquête, mon cheval prend du temps avant d’enclencher mais quand il l’a fait, il avait déjà perdu quelques précieuses foulées ». De ses autres partants, notre interlocuteur nous dira que Black Gambit n’a pas aimé l’état de la piste tandis que Hills Of Rome est sur la montante et devrait être suivi lors de ses prochains engagements.