Gros favori dans l’épreuve principale lors de la 17e journée, Nordic Warrior s’est fait rattraper par Polar Royale alors qu’il avait une bonne marge de manoeuvre. Cette défaite a aussi provoqué la fin de l’association entre le jockey Rye Joorawon et l’entraîneur Alain Perdrau.
Certes, le coursier de Perdrau était aligné dans une  valeur supérieure et qu’il recevait  6,5 kg de son adversaire principal, Polar Royale, mais c’est au niveau tactique et au départ que s’est joué le duel entre ces deux chevaux. En effet, si la monture de Joorawon s’est montrée le plus rapide au départ, celle de Derreck David a tiré profit de sa première ligne dans les stalles pour contraindre le favori à sortir de son pas sur la partie initiale de la course. Ce qui n’a pas été au goût des partisans de Nordic Warrior contrairement au jockey.
«Je connais parfaitement Nordic Warrior maintenant et je l’ai piloté de la même façon à chaque fois», dira Joorawon mardi matin. « J’ai entendu toutes sortes de trucs sur ma monte, mais les gens ont une perception des choses sans même avoir visionné le film de la course. Mon cheval est très bien sorti des boîtes sur les premiers 50 mètres et Polar Royale lui a mené la vie dure. C’est une tactique délibérée de sa part afin de faire sortir mon cheval de son pas.  En fait, je sollicite ma monture sur 3 ou 4 foulées sans trop d’efforts pour qu’on puisse passer devant lui et aussi pour mieux le settle. Et c’est à partir de là qu’il a commencé à tirer. À l’arrière, seul le coursier de Rousset arrive à me suivre alors que les autres sont très loin derrière».
Toutefois, Nordic Warrior devrait voir son avance fondre comme neige au soleil dans la ligne droite finale face à un Polar Royale qui passa à la vitesse supérieure sous la monte énergique de Derreck David. Sous l’effort, l’éventuel vainqueur changea de ligne, ce qui força Azapel, qui remontait très fort, à aussi changer de ligne à un moment crucial. Malgré l’objection de Jeanot Bardottier contre David, le résultat fut maintenu, mais le jockey de Rousset aura à payer une amende de Rs 35 000 pour cette faute.
«Nordic Warrior a toujours couru de cette façon et on peut revenir sur sa course lors du Week-End international la saison dernière où il avait tiré pour s’incliner  face à  Rear Admiral ou lors de la première manche des 4-ans, où il fut repris par Kremlin Captain. Donc, c’est un cheval qu’il faut bien maîtriser et surtout il ne faut pas hâtivement tirer des conclusions», ajoute le Mauricien. «Il ne faut pas non plus oublier que le cheval de Perdrau était confronté à l’élite alors qu’il a un rating de 62. Je peux même assurer que la prochaine fois qu’il sera aligné dans sa classe, il gagnera encore par plus de cinq longueurs».
Malheureusement, cette défaite n’a pas plu à l’état-major de Perdrau et Joorawon n’était pas en selle sur ses chevaux mardi matin. C’était Vinay Naiko qui faisait office de jockey, lui qui avait amené Hancock’s Dynasty à la victoire lors de la 16e journée. «Personne n’est venu me reprocher quoi que ce soit ou n’est venu me dire que notre association est terminée. C’est leur choix, mais moi, en mon âme et conscience, je le répète, j’ai monté Nordic Warrior comme je l’ai toujours fait», regrette-t-il.
Joorawon avait débuté sa journée sur un revenant Ritz Cocktail qui retrouvait la compétition après presque deux ans. Et c’est à la huitième place qu’il a terminé, une de moins que Southern Heights. «Ritz Cocktail est à revoir après cette première sortie 2015 alors que tout devrait être en faveur de Southern Heights pour qu’il réussisse.Quant à How Many To Won, il avait fort à faire et le champ était trop fort pour lui»
Le jockey mauricien est passé tout proche de la victoire dans la troisième course avec le pensionnaire de Jean-Michel Henry, Al Capitano, s’il avait eu un clear run. «Al Capitano revenait après sa castration et il a été très malchanceux. Tout d’abord, il a marqué un temps d’arrêt au départ et j’ai eu du mal à avoir une bonne position. En ligne droite,j’ai dû changer de ligne lorsqu’Elusive Love a versé à l’intérieur. Sans cet incident, j’aurais pu l’emporter»