Du nouveau dans les bacs : Alain Ramanisum vient de lancer son dernier album, Nissa la monte. Un dixième opus où il parle d’amour, d’amitié et des faits de société, avec des arrangements musicaux qui mettent en valeur les percussions. Il présentera cet album en live le 4 août au J&J Auditorium, en compagnie de plusieurs invités.
Fin du monde, Mo zetoile, Roule a li, Nissa la monte, Gran noir, Vrai kamouad… Des titres figurant sur l’album Nissa la monte d’Alain Ramanisum. Le dixième depuis la sortie, en 2002, de Sega séga. Depuis, il n’a pas arrêté d’être au-devant de la scène musicale. Auteur-compositeur qui se laisse inspirer par ce qui se passe autour de lui ou par les expériences qui lui sont contées, Ramanisum obéit à son flair et à son feeling pour les arrangements musicaux. Le résultat est souvent probant. Le succès que remportent ses chansons en témoigne.
Pour Nissa la monte, il espère mettre de l’ambiance, tout en interpellant sur certains faits de société. Dans Fin du monde par exemple, il souligne que même si la société est plus éduquée, elle se laisse guider par la cupidité et la haine, ce qui contribue à la fin du monde. Il prône un changement de mentalité et souhaite que l’on mette de côté l’orgueil et la vengeance afin que la vie soit plus belle.
Clin d’oeil.
Mo zetoile, c’est un petit clin d’oeil à son épouse, Laura Beg. Alain Ramanisum laisse parler son coeur et déclare sa flamme à une femme qu’il considère comme l’étoile de sa vie, avec qui il souhaite vivre un amour éternel.
Très populaire à La Réunion, le chanteur fait un petit clin d’oeil à nos voisins avec Roule a li. Il témoigne de son affection pour ses fans, avec qui il est en communion lorsqu’il se produit sur scène.
Le titre phare de l’album paraît en quatrième position. Nissa la monte se résume à quelques paroles mais cette chanson est relevée par un rythme cadencé rappelant le séga typique, avec une présence prononcée de la ravanne.
Avec Gran noir, Ramanisum veut dénoncer les palabres et faire taire sans doute certaines mauvaises langues. Il fait allusion aux anciens esclaves qui, enchaînés, étaient considérés comme des tipti nwar. Aujourd’hui, les descendants d’esclaves qui ont sué pour réussir sont considérés comme des gran noir…
Amour.
Vrai Kamouad parle d’une amitié sincère, toujours difficile à trouver. Nou paradis sera sans doute la chanson qu’il interprétera avec le plus de force le 4 août au J&J Auditorium. Il y dénonce les guéguerres politiques et les différences culturelles qui divisent, alors que tous les Mauriciens devraient vivre comme frères et soeurs.
Alain Ramanisum a également choisi d’évoquer la souffrance que peut éprouver un couple qui se sépare. Dans Celibataire, il fait appel au respect de l’amour et demande de ne pas jouer avec ce sentiment noble. La vie zeness est une invitation pour que les jeunes profitent pleinement et sainement de la vie.
Avec ce nouvel album, Alain Ramanisum confirme qu’il est toujours à l’aise dans la marmite musicale dans laquelle il est tombé depuis son jeune âge. Nissa la monte est dans les bacs depuis quelques jours.