Alain Saint Ange, ministre du Tourisme et de la Culture de la République des Seychelles, était à Maurice dans le cadre de la première réunion ministérielle de l’Organisation régionale des Îles Vanille, le 13 janvier, sous la présidence du vice-Premier ministre Xavier-Luc Duval. Le président du Conseil Régional de l’île de la Réunion, Didier Robert, le CEO de l’Organisation, Pascal Viroleau, la présidente du Comité du Tourisme des Comores, Hissane Guy et des hauts cadres du secteur du tourisme de l’océan Indien étaient également présents à cette rencontre. Lors d’un entretien, le ministre Alain Saint Ange a parlé du rôle crucial de la culture dans le développement dans l’industrie du tourisme, définie aux Seychelles par le président de la République, James Alix Michel, il y a une dizaine d’années.
Suite à un remaniement ministériel du gouvernement de la République des Seychelles, le 14 mars 2012, Alain Saint Ange fut nommé ministre du Tourisme et de la Culture. Il était avant cette affectation directeur général du Conseil du Tourisme de l’archipel.
S’il avait déjà une expérience dans le domaine de l’industrie du tourisme, par contre le nouveau ministre n’était, selon ses dires, qu’un profane dans celui de la culture. Il aime la musique, certes, et assiste aussi de temps à autre aux spectacles et aux vernissages des expositions des artistes seychellois, comme tout le monde, sans plus.
En lui confiant ces deux portefeuilles ministériels, le président James Alix Michel avait dit à Alain Saint Ange qu’il ne faut plus vendre l’archipel des Seychelles sur le marché touristique en mettant l’accent sur son climat tempéré, ses plages, sa mer, sa riche végétation, mais qu’il est temps de mettre plutôt en avant son peuple et sa culture au centre du développement du tourisme.
C’est à partir de cette réflexion que le ministre a repensé à l’organisation du Festival Kreol, un événement annuel dans l’archipel, qui a pris naissance depuis plus de 30 ans, puis à la mise sur pied du Carnaval International de Victoria qui est à sa 6e édition cette année et d’autres festivités auxquelles est associé le ministère du Tourisme et de la Culture, à savoir la fête de Divali, celle du Printemps, la Fet Afrique, la Francophonie, le Commonwealth Day etc.
Alain Saint Ange dira que de nombreux pays mettent en exergue les atouts de leur environnement, mais négligent de montrer leurs cultures.
La base du développement du tourisme pour un pays, dit-il, c’est la connectivité avec le peuple et lorsqu’un touriste débarque dans un pays et reçoit un accueil chaleureux de la part des autochtones, cela l’incite à connaître davantage ce peuple, d’où naissent des rencontres cordiales, des échanges, des liens  d’amitiés, etc.
Cette base donnera plus d’impact et apporte plus que des photos de plages paradisiaques et autres nature verdoyante, soulignera le ministre.
« Mettre le peuple seychellois au centre du développement de l’industrie du tourisme, qui est le pilier de l’économie de l’archipel, il n’y a pas de meilleur moyen pour consolider cette entreprise. Mettre en avant sa culture est une volonté politique du gouvernement des Seychelles. La culture, ce n’est pas que faire de la musique, chanter, danser, peindre ou faire des sculptures, elle est ancrée dans l’homme, dans sa manière d’être ».
« Quand on est fier de sa culture on est fier de son peuple, qui vient de divers horizons, d’Europe, des pays asiatiques et d’Afrique. Le respect du peuple fait le respect de la culture. C’est ce que j’ai mis en avant au début de l’administration du ministère de la Culture, et c’est cela qui m’a guidé au fil de ces dernières années », ajoute le ministre.
Alain Saint Ange affirme que cette politique d’ouverture vers la culture seychelloise dans son ensemble a été bien accueillie par la communauté des artistes de l’archipel, au point que ces derniers l’ont nommée « La Révolution Culturelle », car ils reconnaissent que le ministère de la Culture pratique une politique de porte ouverte et d’écoute à  leurs doléances et autres suggestions.
Pour mener à bien sa mission, le ministre se fait aider dans sa tâche par des artistes chevronnés.
Alain Saint Ange croit par ailleurs que le métissage est aussi une force qu’il ne faut pas oublier. « Le monde aujourd’hui fait face à beaucoup de défis et qui causent d’énormes problèmes aux différents gouvernements. Il y a la difficulté du vivre ensemble, où sévissent les ségrégations de couleur de peau, de religion le refus de l’autre, par exemple. Les populations des îles de l’océan Indien, qui sont très diverses, très métissées, qui vivent en harmonie, peuvent servir d’exemple au monde entier ».
Cette année, le ministère de la Culture mettra en place de nouvelles infrastructures pour mieux consolider les différents départements culturels de l’archipel pour offrir un meilleur service au peuple seychellois.
Par ailleurs, la célébration de la Fête du Printemps dans l’archipel coïncidera avec l’arrivée du premier vol direct d’Air Seychelles de Chine. De nombreux visiteurs chinois sont attendus et le ministère du Tourisme et de la Culture a déjà mis un programme au point pour fêter solennellement un autre aspect du métissage du peuple de l’archipel des Seychelles.