La grève de la faim qu’ont entamée certains clients du Super Cash Back Gold (SCBG) et du Bramer Asset Management a été abordée par le président du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, samedi après-midi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire à Quatre-Bornes. L’ampleur qu’a prise cette grève, selon Alan Ganoo, ne s’arrêtera pas de si tôt. “Ce drame humain restera avec nous jusqu’aux prochaines élections générales”, dit-il, entouré des membres de son parti. Il regrette que de nombreux clients dépendaient uniquement des intérêts qu’ils recevaient de ces deux fonds pour vivre. Et d’autres, selon lui, y ont mis toutes leurs économies et leur espoir de pouvoir se servir de cet argent est tombé à l’eau.
Alan Ganoo fustige le gouvernement de n’avoir pas tenu sa promesse de rembourser ces clients. “Nous faisons un appel au gouvernement d’honorer son engagement. Il faut trouver des solutions pour éviter un éventuel drame”, dit-il.   Pour lui, il faut que le gouvernement nomme un ancien juge pour trouver une solution à cette grève.
Alan Ganoo a critiqué la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, dans sa gestion des travaux chaque mardi. “Ce n’est pas en agissant comme une maîtresse d’école qu’elle arrivera à régler la situation”, dit-il. Pour le président du MP, la raison principale de la tension dans l’hémicycle est “l’incapacité de la présidente de l’Assemblée nationale à gérer la situation.” Alan Ganoo avance que les feedbacks qu’il reçoit de la part du public sont très négatifs au sujet de la Speaker. Il ajoute que la manière dont agit Maya Hanoomanjee ne l’assurera d’aucun respect. Cependant, il trouve qu’il est aussi important pour les parlementaires d’arrêter des provocations inutiles qui causent des tensions.
L’introduction de la langue Kreol au Parlement a été abordée par le député du MP, Jean-Claude Barbier. Il regrette qu’une interpellation sur l’utilisation de la langue Kreol d’Alan Ganoo est restée sans réponse après un mois. “Ceci démontre quel intérêt porte le gouvernement à cette question”, dit-il. Qualifiant le Kreol comme la langue fédératrice pour tout le monde et surtout utilisée par les politiciens dans le pays, il lance un appel au gouvernement de considérer cette question au plus vite. 
Par ailleurs, le secrétaire général du parti, Atma Bumma est revenu sur le renouveau dans la classe politique. Faisant référence à l’élection d’Emmanuel Macron en France, il soutient que le MP a fait le pas en se différenciant des autres partis traditionnels.