« Il faut sauver la réforme électorale ». C’est ce qu’avance le leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, ce samedi à sa conférence de presse hebdomadaire. Selon lui, le gouvernement s’entête à maintenir leurs propositions malgré les critiques des partis de l’opposition sur la réforme électorale. « C’est une tragédie et c’est regrettable, parce que nous avions une opportunité historique de faire avancer la démocratie à l’île Maurice », soutient-il.

Le leader du MP explique d’ailleurs qu’à travers les divers aspects de la réforme électorale, il y a consensus entre le gouvernement et l’opposition, voir une quasi-unanimité dans certains cas, sur des « majors points ». Selon lui, ce consensus comprend la nécessité d’une réforme électorale, le maintien du First Past the Post, la dose de proportionnelle, la représentation des députés féminine dans les circonscriptions, l’arrêt de la déclaration ethnique des candidats et un substitut au mécanisme de Best Loser System.

Alan Ganoo avance toutefois que malgré le consensus sur certains points de la réforme électorale, il existe tout de même un « deadlock » entre le gouvernement et l’opposition. « Le gouvernement doit désormais faire des compromis, car une réforme électorale ne peut pas se faire sans cela », déclare-t-il.

Pour le leader du Mouvement Patriotique, la solution serait de solliciter l’aide des organisations internationales spécialisé dans les systèmes électoraux. Il pense notamment à International Institute for Democracy and Electoral Assistance en Suède, Electoral Institute for Sustainable Democracy in Africa à Johannesburg et International Foundation for Electoral Systems aux Etats-Unis. « Ces organisations peuvent donc analyser et faire une simulation du rapport du gouvernement. Je lance un appel au gouvernement de débloquer cette situation en invitant ces organisations, indépendantes et objectifs, à Maurice afin de faciliter le dialogue entre les parties politique », conclut Alan Ganoo.