Au Mauricien cette semaine, le leader adjoint du MMM confie que l’idéal pour lui serait que les grands partis s’affrontent séparément aux élections générales dans le cadre d’un nouveau système électoral. Le gouvernement fort et pleinement représentatif, composé d’éléments d’un parti ou de plusieurs partis, sera en mesure de dégager une feuille de route et de tracer la voie de l’île Maurice de demain. Même si Alan Ganoo estime qu’une alliance MSM-MMM, avec SAJ comme Premier ministre, est un « winner » dans l’inconscient populaire, il reconnaît qu’il y a des résistances aussi bien à l’intérieur du MMM que dans son électorat. « Les 14 mois du MSM passés dans le gouvernement et l’affaire MedPoint participent à cette résistance », estime le député de la majorité. Il a souligné également qu’il y a un fossé entre le MMM et le Ptr. Le MMM n’a pas confiance en Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste, qui, selon Alan Ganoo, est perçu comme quelqu’un qui aime le pouvoir absolu. Il rappelle que le MMM attache une grande importance à la réforme électorale. Si le chef du gouvernement était sérieux au sujet de cette réforme, il n’aurait pas utilisé de « delaying tactics » et aurait initié le processus de réformes en prenant certaines initiatives.