Le président du Mouvement Patriotique (MP) a profité de sa conférence de presse hebdomadaire de ce samedi 3 février pour revenir sur les évènements sous les feux de l’actualité cette semaine. D’emblée, Alan Ganoo a exprimé son appréciation du fait que le bureau du DPP ait rayé les charges retenues contre David Gaiqui dans une affaire de vol. Selon lui, « cette décision est juste et bien fondée ».

Qui plus est, Alan Ganoo se dit choqué par rapport aux allégations de brutalité policière que David Gaiqui a émises contre des éléments de la CID de Curepipe. Il trouve regrettable que le DPP n’ait pas pris l’initiative de faire part d’un communiqué pour informer le public de l’avancée de l’enquête. Le MP est d’avis que « les policiers impliqués ont été transférés tardivement ».

Tout en rappelant au passage l’affaire Toofany, Alan Ganoo estime que dans le cas de Gaiqui « ti bizin fini transfer zot, pou evit cover-up ek manipilasion prev ». Il s’interroge de même sur le rôle qu’aurait joué la Police Independent Complaints Commission. Et d’en appeler au gouvernement pour que les mesures nécessaires soient prises contre toute forme de brutalité policière « dégradante et humiliante ».

Alan Ganoo est aussi revenu sur les célébrations du 183e anniversaire de l’Abolition de l’Esclavage. Par ailleurs, il se dit pleinement satisfait que le projet du musée de l’esclavage se concrétise.