Frustration, consternation, colère et amertume résument ce que ressentent les habitants d’Albion face aux bouleversements que connaît leur région: outre le projet CT Power qui ira de l’avant avec l’aval de l’État, la construction d’un complexe commercial qui abriterait, sous l’appellation de restaurant/ bar, une discothèque sur un terrain situé à l’entrée de la gare routière et menant au Centre de recherche de la localité. Les habitants se disent davantage dépités qu’un “outsider” – qui habiterait le Sud – jouit désormais, à lui seul, de 4 emplacements aux abords de la plage d’Albion pour un commerce, au détriment des habitants de la région qui ont de nombreuses fois, depuis plusieurs années, effectué des demandes auprès de la Beach Authority (BA). Devant le “désintérêt” affiché par les autorités quant à leurs revendications, les habitants d’Albion envisagent des mouvements fermes de contestation pour alerter l’opinion publique.
Albion est en marge de sa dégradation. C’est ce qu’estiment les habitants de la localité, dépités de voir que les projets qu’ils ont vivement contestés sont en voie de concrétisation. En effet, outre l’aval du gouvernement pour le projet CT Power, depuis une semaine, les travaux de construction d’un complexe commercial, envisagé par un proche du PTr, ont démarré il y a quelques jours. Cela, alors que les habitants de la localité ont exprimé leurs griefs car ne souhaitant pas voir leur région en proie à une dégradation des moeurs, avec notamment l’installation d’un nouveau restaurant/ bar qui, selon eux, ferait plus offi ce de discothèque, alors que la présence des salles de fêtes dans la région – où plusieurs incidents ont déjà été déplorés – gêne déjà la population. Si, contacté il y a quelques temps de cela, le Conseil de District de Rivière Noire nous affi rmait qu’aucun Land & Building Permit n’avait été accordé au promoteur, qui en avait fait une demande depuis mars 2013, on apprend que le Conseil a fi nalement donné son aval. D’où le démarrage des travaux de construction, il y a plus d’une semaine, au grand dam des habitants d’Albion.
S’offusquant de la complaisance des autorités face au projet envisagé par ce promoteur, en dépit de leurs contestations, les habitants de la région s’interrogent sur les pressions exercées sur le District Council pour la délivrance de son Land & Building Permit au promoteur. Ils parlent également de favoritisme, soutenant que d’autres personnes auraient fait des demandes similaires auprès du District Council, sans obtenir de permis.
Ce qui choque davantage les habitants d’Albion, c’est le manque total d’égard des autorités quant au développement citoyen dans leur village. Si, depuis de nombreuses années, des habitants de la localité ont fait des demandes auprès de la Beach Authority pour pouvoir exploiter commercialement les 4 échoppes construites en bordure de la plage d’Albion, leurs demandes sont restées sans réponse et, depuis peu, un habitant du Sud opère à lui seul les 4 emplacements. “Comment se fait-il que nous, habitants d’Albion, ne pouvons ouvrir un petit business, mais que des étrangers s’installent à leur aise dans notre région pour faire fructifi er leur commerce?”, demandent-ils. Frustrés, ils envisagent une manifestation sur la plage d’Albion pour exprimer leurs griefs.
Les habitants d’Albion, qui se disent très déçus de voir leur localité en proie à une future dégradation avec, notamment, l’installation de la centrale CT Power, en sus du complexe commercial en construction à coté du centre de recherche d’Albion, se concertent sur la marche à suivre pour une contestation légale. D’autant que, outre la dégradation de l’environnement et les risques sanitaires que représente CT Power, ils estiment malvenue la construction d’une discothèque que le promoteur aurait, selon eux, préalablement déguisée sous l’appellation de restaurant/ bar et redoutent que la région d’Albion, déjà en proie à des développements sauvages, ne devienne un autre Flic en Flac…