“Jouni al kot Jouna, Jouna finn al vann-vane”… Ce refrain ambiancé fait partie des succès du groupe Cassiya. C’est aussi un tube qui a façonné l’identité musicale de son auteur et interprète, Eddy Armelle. À travers un album de dix titres, le ségatier et son fils Donovan remettent au goût du jour Jouni Jouna, qui devrait vann-vane chez les disquaires d’ici le début du mois de juin.
Comme le disent les paroles de sa chanson à succès, “limem fer so destin”. À l’aube de ses 57 ans, l’ex-membre de Cassiya l’a toujours compris. Aux résidences NHDC de La Tour Koenig, où il habite, tous connaissent la vie et la carrière du ségatier-pêcheur. Son histoire et son cheminement musical sont indissociables du groupe Cassiya, sous les feux des projecteurs avec le concert du 27 mai. Loin d’être amer, mais un brin nostalgique, Eddy Armelle confie : “Je n’ai pas été contacté pour faire partie de ces retrouvailles, mais cela ne me pose aucun problème. Je suis un des pionniers dans la formation du groupe. Cassiya m’a porté, mais j’ai aussi fait la renommée de cette formation à ses débuts. Je suis maître de mon destin et je poursuis mon chemin de mon côté, avec mes projets et mes attentes.”