«On ne pourra jamais oublier cette grande voix de Roger. Une voix franche, chaleureuse, qui porte «,c’est en ces quelques mots que l’Evêque Mgr Maurice Piat se rappelle le talent qui se cachait derrière l’homme d’Eglise. Le père Roger Cerveaux, décédé le 14 mai dernier, était aussi connu pour ses talents de chanteur. C’est dans le plus grand respect que le lancement de l’album posthume du prêtre, «Mo Leritaz», a eu lieu mercredi dernier à la salle d’oeuvres de l’église Sacré-Coeur, à Beau-Bassin.
C’est dans la plus grande discrétion que l’homme d’Eglise s’était lancé dans cette aventure musicale. Alors que sa santé était en déclin, la voix du père Roger Cerveaux restait intacte. L’album, enregistré trois mois avant sa mort sans qu’il n’ait eu le temps d’aller en studio, est lancé sept mois après son décès. C’est le père Patrick Fabien qui est l’initiateur de ce CD posthume, avec le travail de longue haleine de l’arrangeur Jean-René Bastien. Pour ce dernier, le père Cerveaux était «un artiste.» 
Les enregistrements ont débuté au début de 2012. Jocelyn Lebon, le claviériste, a pu sauver trois morceaux, puis en 2013, Jean-René Bastien, l’arrangeur, en a sauvé neuf. Ce dernier raconte qu’il devait toujours aider le père Cerveaux à se souvenir de ses compositions et de ses mélodies parce que sa mémoire et sa vue se dégradaient de plus en plus. Cet album posthume est une façon pour le père Cerveaux de léguer son héritage à tous ceux qui pensaient ne jamais entendre sa voix de nouveau mais aussi pour ceux qui n’ont pas eu le temps de découvrir son talent. «Je suis reconnaissant envers Roger qui, à travers sa voix et son talent, est l’un des premières personnes à penser à mettre les paroles de Dieu en chanson et dans la langue créole. Roger a su habiller l’Evangile et certaines prières et leur donner une nouvelle couleur», a dit Mgr Maurice Piat pour le lancement. L’album est en vente à Rs 200.