La Special Support Unit (SSU) était en état d’alerte ce matin aux alentours de 10 heures. Il s’agissait du tout premier exercice de simulation au tsunami pour cette unité de police. L’alerte a été donnée peu après 10 h 30 aux Casernes Centrales. Après la confirmation qu’un tsunami allait s’abattre sur l’île, 23 véhicules de la SSU avec à leur bord une centaine d’officiers se sont convergés à l’Assault Compound de la Special Mobile Force (SMF). Le but de cet exercice d’importance capitale est d’évaluer l’état des équipements, tester l’efficacité des différentes unités de la police en situation d’urgence, mesurer le degré de response et améliorer leurs réactions lorsque l’alarme de catastrophe se déclenche.
L’exercice de ce matin était dirigé par les soins de l’Assistant Commissaire, Max Louison, responsable de la SSU. À l’arrivée des éléments de l’unité spéciale dans l’enceinte de la SMF, c’est le Commandant de cette unité paramilitaire qui a pris le relais.
La SSU participe activement aux autres exercices de simulation de tsunami ayant lieu à travers le pays. La deuxième partie de cet exercice d’alerte au tsunami se tiendra de concert avec la SMF, mais aucune date n’a encore été fixée pour l’heure.