Les habitants de Baie-du-Tombeau et des environs se sont réveillés en sursaut, tôt hier matin, avec une alerte tsunami dans le cadre d’un exercice de simulation. Dès 6h, les services météorologiques de Vacoas devaient transmettre des données à la Police Information Room quant aux possibilités d’un tsunami, suite à un séisme de magnitude 9,2 sur l’échelle de Richter qui s’est produit au large de Sumatra en Indonésie.
Très vite, l’information a été relayée à l’Operation Room (OR) de la Police en vue de mettre en alerte l’état-major dans un premier temps. Avec la menace de cette catastrophe naturelle, le protocole établi est qu’une cellule de crise devait être instaurée pour coordonner les opérations de sauvetage et d’évacuation sur la côte de Baie-du-Tombeau.
Entre-temps, avec les sirènes hurlantes de voitures de police et celles des bateaux de la National Coast Guard (NCG), la population des zones sous la menace du tsunami a été informée de prendre les premières dispositions appropriées. D’importants dispositifs ont été mis en oeuvre pour cette opération d’envergure avec la participation des stakeholders tels les services de pompiers, le ministère de la Santé ainsi que d’autres services essentiels.
L’un des objectifs de cette opération qui a duré plusieurs heures, hier matin, est de sensibiliser tous les acteurs concernés à leurs devoirs et responsabilités pour s’assurer qu’il n’y ait pas de perte de vies si une telle catastrophe naturelle se présentait réellement. « Cette simulation de tsunami à Baie du Tombeau se situe dans le cadre d’une série d’exercices que nous organisions dans les zones à risques. Une des priorités étant de créer un awareness auprès de la population concernée au sujet d’une telle catastrophe. C’est l’occasion pour que les services essentiels évaluent leur efficacité. Ce genre d’exercice nous permet donc de prendre connaissance de nos points forts et de nos points faibles tout en espérant qu’au moment où nous serions réellement face à ce danger, nous pourrions faire preuve d’une parfaite coordination et de maîtrise de la situation », a expliqué le Metropolitan Divisional Commander Delawarally à Week-End à la fin de l’exercice de simulation.
Le responsable des opérations sur le terrain, durant la matinée d’hier, affiche également sa satisfaction quant au déroulement de l’exercice sous video recording. « Nous pouvons dire que c’était une opération réussie mais there is still room for improvement », conclut-il avec une pointe de modestie dans la voix.