L’Institute of Financial Services (IFS) University College de l’Angleterre a repris, depuis 1997, les activités du “Chartered Institute of Bankers of England” dont la création remonte à 1879. Un changement d’appellation motivé par l’évolution des services financiers. L’institut compte actuellement plus de 100 000 membres à travers le monde. M. Alex Fraser, “Principal” de l’Institute of Financial Services University College de l’Angleterre était en visite à Maurice. L’occasion pour lui d’intervenir sur la formation des jeunes.
Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut faire carrière dans le secteur des services financiers?
Les emplois dans le secteur des services financiers sont incroyablement variés, ce qui signifie que peu importent les compétences que l’on possède, il est plus que probable qu’on trouve un rôle qui nous convient. Identifier ses compétences individuelles et ses centres d’intérêt, essayer d’évaluer où elles pourraient être appliquées est un bon moyen de démarrer. À titre d’exemple, si quelqu’un excelle dans le contact humain, peut-être, un emploi dans le département du service à la clientèle serait plus approprié. Si quelqu’un sait résoudre des problèmes ou est à l’aise avec des chiffres, alors peut-être, il ferait mieux dans un rôle d’analyste ou dans la recherche. Ensuite, il faut trouver les parcours académiques qui peuvent mener à ces domaines spécifiques. Quel type de qualification ou d’expérience pratique est nécessaire? Si possible, entrer en contact avec des gens qui exercent déjà le métier et apprendre de leurs expériences est extrêmement bénéfique.
Le secteur financier est bien sûr très concurrentiel et pour réussir, quiconque souhaitant faire carrière dans le secteur aura besoin d’être persévérant, bosser dur et être passionné pour ce qu’il fait.
Quels sont les facteurs stratégiques qui ont motivé l’Institute of Financial Services University College de l’Angleterre à utiliser l’île Maurice comme un ‘hub’ éducatif afin de cibler les pays d’Afrique?
Un aspect crucial de notre stratégie est le développement de partenariats internationaux. Comme Maurice est à la fois un centre financier émergent et dispose d’une solide réputation au niveau éducatif, nous avons considéré que c’est le lieu idéal pour devenir un ‘hub’ pour les qualifications professionnelles dans les domaines bancaire et financier pour cette partie du monde.
L’Institute of Financial Services University College va mener, en collaboration avec la Rushmore Business School, une campagne de marketing ciblée dans ces pays pour attirer les étudiants de ces pays à venir suivre les cours à l’île Maurice, entre autres, le MSc Banking Practice and Management et des formations professionnelles de niveau diplôme ou certificat dans des domaines allant du ‘Financial Administration and Planning’ au ‘Retail Banking Conduct’ en passant par le ‘Mortgage Advice and Practice’.
Est-ce que le secteur des services financiers est saturé ou offre encore des opportunités d’emploi ?
A l’île Maurice, il y a plusieurs domaines où il y a un manque de ressources humaines formées notamment pour exercer comme fund managers, relationship managers, risk specialists, data analysts, business intelligence specialists.
Les professionnels déjà en poste, doivent à travers la formation continue à acquérir les connaissances dont ils ont besoin pour s’acquitter efficacement des tâches pointues qu’ils ont à accomplir et ceux qui occupent ou qui aspirent à des postes de direction, une compréhension approfondie des enjeux contemporains essentiels pour réussir dans l’univers global bancaire ou financier qui évolue rapidement.
A Maurice, certains employeurs parlent de “mismatch” entre la formation que les jeunes ont reçue et les emplois disponibles. Comment éviter cela ?
Nos cours ont été conçus après consultation avec les employeurs. Ils nous donnent des indications des compétences et des connaissances que leurs organisations recherchent chez des employés potentiels. Cette approche peut vraiment aider les élèves à mettre le pied à l’étrier, à prendre la première marche de l’échelle hiérarchique ou pour développer leur carrière.
Aujourd’hui, les qualifications doivent être également très portables afin que les étudiants puissent mener une carrière à l’international, car les services financiers sont rapidement devenus une industrie globalement connectée.
L’éducation est sans aucun doute la clé pour renforcer les capacités. Une main-d’oeuvre hautement qualifiée est essentielle pour soutenir la croissance du secteur financier de l’île Maurice.
Certains jeunes souhaitent lancer leur propre entreprise à la fin de leurs études universitaires. Quelle est votre analyse des contraintes et des opportunités des PME?
Les PME constituent l’épine dorsale de toute économie et c’est extrêmement important de veiller à ce qu’elles aient un accès suffisant aux sources de financement et qu’elles opèrent dans un environnement propice avec le soutien voulu. Au Royaume-Uni et à l’étranger, il y a eu beaucoup de débats autour de ce sujet depuis la crise financière. Il existe une tension entre le désir pour que les banques prêtent plus et l’introduction d’encore plus de réglementation et de besoins en capitaux.
Souvent, cependant, ce n’est pas la disponibilité du financement qui est le problème. Des petites et moyennes entreprises bien gérées et des start-ups avec des business plans détaillés et réalistes seront toujours en mesure d’accéder au financement, que ce soit auprès des banques ou par des méthodes de financement alternatives telles que le crowdfunding.