Nos amis vieux accueillent à bras ouverts la bonne nouvelle délivrée par le Premier d’entre nous. Celui qui convertit à sa chapelle rien qu’en leur serrant les mains. Un simple sourire innocent suffit pour convaincre les plus die-hard des opposés en ces temps de précampagne électorale.

Et la pension augmenta. Comme une manne tombée du ciel. Faut bien que les amendes dont s’acquittent les chauffards servent à quelque chose. Vouons une foi inébranlable en notre berger, homme de bonne volonté et de parole. Il saura financer la pension de vieillesse dans le long cours, car détenteur du secret jalousement gardé des faiseurs de miracles économiques (spéciale dédicace à Vishnu).

Quoi de plus concret que la promesse d’une vie meilleure aux personnes d’âge bien mûr ? Nos amis vieux touchent désormais Rs 810 d’augmentation sur les Rs 5,000 allouées par Pravind dans sa grande bonté. Ce n’est pas assez pour vivre décemment, mais louons le soleil pour ses bienfaits, disent les plus convaincus. Leur fardeau pèsera moins lourd. Grâce à celui que l’on surnommait hier encore “l’imposteur”.

Il est écrit que l’économie mauricienne sera à l’abri des secousses commerciales en cours dans le monde. Le taux de croissance avoisinera les 3,9%, annoncent le Fonds Monétaire International (FMI) et Statistics Mauritius. Néanmoins, une croissance de 4% est une moyenne inférieure à celle du Nigeria et de l’Afrique du Sud. Ce ne serait pas suffisant pour créer des postes à nos chômeurs.

N’envions pas la richesse de nos voisins; l’abondance viendra dans la persévérance de notre labeur. Nous effacerons nos dettes à la sueur de nos fronts. Que nos amis diplômés-chômeurs ne désespèrent pas. Ils prendront bientôt de l’emploi dans le secteur public et sauront remercier le soleil pour ses bienfaits, le jour des élections. Nous ne sommes point une nation ingrate.

N’ayons crainte ! Pravind pourvoira à nos besoins. Sans économiser aucun effort pour sa rentrée au Parlement par la grande porte… pour mieux nous servir. Cela ne peut que valoriser le self-esteem du candidat malheureux, sauvé des eaux par la volonté de son père. Et la vie entre-temps poursuit son cours tortueux, charriant dans ses flots des lots de consolation et d’espoir.

Il se raconte que frère Pravind aurait été aperçu chez nos amis pentecôtistes. Il s’est trompé d’assemblée ou quoi ? On ne prêche pas dans un bassin électoral de quelque 100,000 âmes sans consentir “une petite contribution symbolique d’usage”, à moins d’avoir une idée (pas très orthodoxe) dans la caboche, me suis-je mise à supputer en feuilletant le journal.

Mélanger politique et religion est assez malsain; pourtant, les politiques semblent avoir toujours agi ainsi sous nos cieux. C’est à se demander si frère Pravind ne chercherait pas à assurer ses assises en milieu urbain. Est-ce une tentative de faire du charme à un électorat qui, par tradition, vote bleu ou mauve ?

Passons à un autre chapitre. Ultra-moderne solitude. Voilà qui nous amène encore à nos amis hyper-connectés. Ceux-là mêmes qui vivent quasiment en isolation, entourés de cyber friends. Souvent des individus reclus dans une solitude qui ne porte pas son nom. Est-ce une forme d’aliénation, docteur ?

Un repli sur soi. Sans réel contact humain avec le monde extérieur. Des ados auraient des problèmes mentaux dans leur tête, ai-je entendu sur une radio. Certains auraient des troubles comportementaux. Pa bizin kriye, irle, tape, kase, akoz to pa pe gagn koneksion ar rezo. Pa bizin fer koler parski to santi twa fristre, zenes. Cet “énervement” ne serait pas totalement étranger à l’abus de smartphone. Bouffer de l’écran nuit à la santé mentale du cerveau.

Et si vous sortiez de votre bulle virtuelle pour tenter de vous sevrer de votre dépendance à “l’héroïne numérique” ? Il paraît que les constructeurs de smartphones entretiennent l’addiction aux jeux sur smartphone qui stimulerait la sécrétion de dopamine. Les scientifiques dénoncent un impact sur le développement des ados et des enfants surexposés à ces écrans.