Après plus d’une année de lutte, quelque 3 000 instituteurs verront leur salaire aligné sur ceux du secondaire. Le Cabinet vient en effet d’avaliser cette décision aujourd’hui et la Government Teachers Union (GTU), principal syndicat ayant milité pour cette cause, affiche la satisfaction. Dans les milieux de l’enseignement primaire, c’est un sentiment de « justice » qui se dégage après le dénouement de cette affaire.
L’alignement salarial tant attendu par les instituteurs sera en effet enfin une réalité. Cette recommandation de l’Errors, Ommissions and Anomalies Committee avait buté sur un simple titre d’Educator, qui ne concerne qu’un millier d’enseignants en poste depuis 2008. Ceux recrutés avant cette date avec les titres de Teacher/Senior Teacher réclamaient justice. Après plusieurs réunions avec les ministères de l’Éducation, des Finances et du Service civil, entre autres, une solution a donc pu être trouvée concernant l’alignement salarial. Les 3 000 instituteurs concernés verront donc leur salaire aligné avec effet rétroactif.
Toujours est-il que le timing de cette décision suscite son lot de commentaires. On se demande ainsi si l’alignement salarial n’est pas une compensation en vue des prochaines élections. De même, on se souvient que la menace d’un éventuel boycott des examens du CPE planait aussi pendant un certain temps.
Vinod Seegum, qui a mené cette bataille de bout en bout, estime, lui, que l’alignement salarial était “long overdue” Il ajoute : « C’est la justice qui a été rétablie pour les 3 000 enseignants. Nous n’avons jamais cherché de faveurs, mais tout simplement les mêmes considérations pour les mêmes diplômes. Avec ce développement, c’est la sérénité qui a été retrouvée parmi le corps enseignant. »
Le président de la GTU dit remercier tous ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à faire avancer ce dossier, et plus particulièrement le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, pour son « soutien infaillible dans ce combat », ainsi que le Premier ministre pour sa « compréhension de la situation ». Le communiqué officiel du Cabinet précise en effet que cette décision a été prise sur principe de l’“equal pay for equal qualification”. Vinod Seegum avance : « Je n’ai jamais perdu une bataille dans le monde syndical, mais celle-ci est la plus grande victoire. »