E. A. L Man Hin & Sons, importateur des produits Ajinomoto, vient de l’avant pour réclamer une fois de plus la levée l’interdiction concernant la commercialisation de ce produit à Maurice, aussi connu sous le nom scientifique de glutamate de sodium ou monosodium glutamate (MSG). Le groupe Ajinomoto lance une campagne pour démystifier ce produit.
L’importateur a fait venir Jessica Courtemanche-Davies, du secrétariat de l’International Glutamate Technical Committee, et le Chief Sales and Marketing Officer/Director du groupe Ajinomoto depuis la Malaisie, Motohiro Komase, pour demander au ministère du Commerce de revoir sa position concernant la décision prise d’interdire ce produit sur le marché local. Selon ces derniers, « le produit est sûr pour la consommation », s’appuyant ainsi sur des recherches, mandatées notamment par l’Union européenne et l’Organisation mondiale de la Santé, et des rapports officiels à l’effet que le MSG est sans danger. Selon les représentants de l’Ajinomoto Worldwide Group et d’EAL Man Hin, cette décision pourrait affecter les relations entre les partenaires locaux et les marques internationales présentes à Maurice.
L’argument principal repose sur le fait que le MSG a une teneur en sodium inférieure à celle du sel. « Le MSG est utilisé dans la cuisine du monde entier depuis plus de 100 ans. Il a été présent à Maurice depuis plus de 50 ans. Nous comprenons et appuyons la décision des autorités d’éduquer le public sur les effets néfastes possibles liés à la surconsommation de sodium. Ceci étant, il est important de noter que le MSG a une teneur en sodium nettement plus faible que le sel. Comme un améliorateur de goût, il est effectivement préférable d’ajouter du MSG que du sel lors de la préparation des aliments », a expliqué Thierry Liu Man Hin, directeur d’E. A. L Man Hin & Sons, lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Labourdonnais.
Pour rappel, c’est en avril dernier que le ministère du Commerce a décidé de retirer du marché le MSG, ayant pour nom commercial « Ajinomoto », le ministère l’associant à plusieurs problèmes de santé, dont les maladies cardiaques. Selon Motohiro Komase, l’entreprise suit de près la situation. « À ce jour, aucune étude n’a démontré d’effet indésirable du MSG sur la santé des consommateurs. Même si nous comprenons le souhait des autorités de limiter la consommation en sodium, nous pensons simplement que l’information appropriée n’a pas été mise à disposition. Voilà pourquoi nous voulons lancer une campagne de sensibilisation visant à démystifier le produit et répondre à toutes les questions que le grand public peut avoir », a-t-il fait comprendre. Les deux parties font ressortir le fait que le MSG est présent naturellement dans certains aliments, tels le lait, le fromage, les oeufs, certains légumes (carottes, tomates…) et d’autres produits, tels les nouilles instantanées, les cubes de bouillon et certaines soupes en sachet, qui n’ont pas été retirés du marché.