L’équipe du surintendant Rugbur du Central Criminal Investigation Department (CCID) a identifié 19 policiers ayant participé à l’arrestation musclée des frères Saramandine, Ricardo (39 ans) et Billy (49 ans) mardi, rue Chopin, Cité-Vallijee mardi. Des allégations de brutalité policière ont été évoquées lors de la diffusion d’un clip montrant le déroulement de cette opération. Les enquêteurs ont appris que c’est un chef inspecteur qui a chapeauté cet exercice, assisté d’un inspecteur de police. Ce sont trois unités de la police qui sont descendus chez les Saramadine, soit le Tornado Squad, l’Anti Robbery Squad (ARS) et la Special Mobile Force (SMF). Ces 19 policiers – un chef inspecteur, un inspecteur, un sergent, 12 constables et quatre officiers de la SMF –, sont arrivés dans cinq véhicules de la police.

Après avoir analysé le clip en question, le CCID soupçonne que c’est une Woman police constable posté à l’ARS qui aurait filmé tout le déroulement de cette arrestation. Sauf qu’à ce stade, les enquêteurs n’ont pas encore établi qui a partagé la vidéo — censée être utilisée en interne, par exemple pour le “debriefing” de l’opération. Le haut gradé ayant supervisé cette opération sera convoqué sous peu pour donner des détails sur ce qui s’est déroulé à Cité-Vallijee.

Entretemps, la Cybercrime Unit du Central CID a analysé le clip en question et procédera à l’examen du cellulaire de la WPC sous peu. Outre cette arrestation, les enquêteurs sont également en présence d’informations que les deux frères ont été allongés au sol avec les menottes aux mains une fois conduits dans un bureau des Casernes centrales. Concernant cette affaire, l’avocat Yahia Nazroo a logé une “precautionary measure” au poste de police de Pointe-aux-Cannoniers mercredi. Il dit avoir reçu sur son compte Facebook la vidéo mentionnée dessus de la part d’un internaute et soupçonné que les deux frères auraient été brutalisés par la police. Il a demandé au commissaire de police d’initier des actions appropriées pour faire la lumière sur ce qui s’est produit. Après cet incident, les Saramandine ont été hospitalisés à l’hôpital Jeetoo. Leur inculpation en justice a été renvoyée.

Trois policiers de la station de Bain des Dames les accusent d’avoir saccagé leur véhicule et avancent que les deux frères ont lancé de l’eau chaude et d’autres projectiles sur eux alors qu’ils tentaient de les faire rentrer chez eux quant au respect du couvre-feu. Deux policiers ont été blessés après alors que leur véhicule a été endommagé. Ils ont alors sollicité l’assistance de leurs collègues pour appréhender les fauteurs de troubles. C’est alors qu’une opération a été montée pour mettre la main sur les frères Saramandine.

La police avance qu’ils ont fait de la résistance et ils ont même saisi deux barres de fer et une planche que Ricardo aurait utilisées pour se rebeller contre les policiers. Deux constables ayant participé à cette arrestation ont déclaré à leur supérieur avoir reçu des blessures par des coups reçus du trentenaire qui se débattait, alors qu’un autre constable accuse Ricardo Saramandine d’avoir déchiré son uniforme.