Le sergent Parsand et les constables Laboudeuse, Ragoo, Gaiqui et Nouma, affectés au poste de police de Rivière-Noire, ont été placés en état d’arrestation dans la nuit d’hier à ce matin. Ils font l’objet d’une enquête confiée au Central CID suite au décès d’un détenu, Mamed Toofanny, qui avait été interpellé par une escouade de l’Emergency Response Service dans la région de Rivière-Noire dans la nuit de dimanche à lundi. Après leurs interrogatoires en présence d’un panel d’hommes de loi mené par Me Samad Goolamally, ils pourront être inculpés pour le délit de « torture by public officials » et complot.
Cette enquête policière a été ouverte suite au décès de Mamed Toofanny au Casualty Department de l’hôpital Victoria dans la matinée d’hier. Se plaignant de douleurs à l’estomac, il a été transporté à l’hôpital par des policiers. Mais il devait rendre l’âme alors qu’il subissait un examen médical à l’hôpital. L’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer devait attribuer le décès à un oedème pulmonaire.
Toutefois, des ecchymoses et des « bruises » de même que des traces de bleus sur le dos et d’autres parties du corps de la victime devaient éveiller les soupçons de ses proches. Craignant une affaire de décès dû à des actes de brutalité policière, ils ont fait appel au Dr Gujjalu pour une contre-expertise pour confirmer la nature des traces de blessures, qui n’auraient aucun lien avec la cause du décès.
Devant les conclusions de la contre-expertise, le Central CID a été saisi de cette enquête avec une audition des membres de l’ERS qui avaient procédé à l’arrestation de Mamed Toofanny sur la route de Rivière-Noire lors d’un contrôle de routine. Ils affirment qu’ils avaient livré le suspect à la CID de Rivière-Noire en bonne santé et qu’à aucun moment, il y a eu acte de brutalité de leur part.
Les cinq policiers concernés par cette enquête ont été convoqués au Central CID pour leurs interrogatoires, qui étaient toujours en cours à la mi-journée. Ils devront comparaître en Cour sous la double inculpation susmentionnée. Le père de la victime, Mohammed Tooffany, a retenu les services de Me Ericksoon Mooneeapillay. Il est également entendu par le Central CID.