Pour la première fois depuis l’éclatement de l’affaire des allégations de pédophilie en novembre de l’année dernière, l’ex-instructeur du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) Narain Chedumbrum est interrogé Under Warning par le Central CID. Peu après 9 h, ce matin, il est arrivé en compagnie de son homme de loi Me Assad Peeroo aux Casernes centrales et à la mi-journée, l’exercice était toujours en cours avec une menace d’inculpation provisoire pesant sur lui.
Vers les 13 heures 30, il existait une possibilité que la séance de Questioning soit interrompue vers les 14 heures en vue de la comparution de Narain Chedumbrum en Cour de Port-Louis pour son inculpation provisoire. Mais aucune confimration n’était disponible à ce sujet. Le délit reproché à l’ancien instructeur du MITD est qu’il aurait « hinder police enquiry in breach of Public Officers’ Act » en exerçant des pressions sur son épouse pour se rétracter au sujet d’un affidavit au sujet de ses déboires conjugaux juré en décembre de l’année dernière. Ce document avait été produit au Central CID par le leader du MSM, Pravind Jugnauth, lors de sa déposition du 3 janvier de cette année.
Tout semble indiquer que l’étape de l’interrogatoire de l’ancien instructeur du MITD pourrait s’échelonner sur plusieurs jours compte tenu de la complexité de cette affaire. Les responsables de l’enquête seraient déjà en présence des Judge’s Orders nécessaires pour attaquer le volet consacré aux milliers d’appels téléphoniques et de messages SMS échangés à partir d’un téléphone cellulaire sous le contrôle de Narain Chedumbrum.
Lors de sa récente déposition à la police, Sweety Pirthee, l’ancienne épouse de Narain Chedumbrum, a confirmé que même si ce numéro de cellulaire était en son nom, le téléphone était utilisé systématiquement par l’ancien instructeur pour des échanges de SMS avec l’élève mineure du MITD.
Au tout début de son interrogatoire, Narain Chedumbrum a été entendu au sujet de ses relations avec cette jeune étudiante de même que les contacts réguliers avec cette dernière.
L’enquête policière se poursuit.