Cour suprême

Par le truchement de son avoué, Marie Ariane Elliotrope a déposé une plainte en Cour suprême réclamant Rs 750 000 de dommages à l’inspecteur Shiva Coothen et à l’État, après un raid policier effectué par erreur à son domicile et qui l’avait amenée à intervenir sur une radio privée. Elle soutient que sa famille a été brutalisée par les officiers de police qui se sont introduits dans son domicile et que l’inspecteur Shiva Coothen, responsable du Police Presse Office, a « débité des mensonges » contre elle lorsqu’il a relaté les événements sur ladite radio.

Marie Anne Elliotrope et ses cinq sœurs sont mentionnées comme plaignantes dans cette plainte rédigée par l’avoué Roshan Rajroop. Relatant les faits, la plaignante soutient qu’au matin du 15 août 2019, elle était chez elle à Plaine-Magnien lorsqu’elle a entendu des bruits provenant de son garage. Elle devait apercevoir qu’un homme avec le visage recouvert d’une cagoule s’était introduit dans sa maison. Selon elle, l’homme encagoulé l’aurait brutalisée et lui aurait demandé de rester immobile. Son mari avait lui aussi été ordonné de le faire.

Elle s’était par la suite rendu compte que c’était un raid policier et que malgré les explications données qu’ils s’étaient trompés de maison, les policiers s’en sont pris également à son fils mineur. Elle a indiqué avoir entendu les policiers s’écrier : « vini vini nou finn tromp lakaz ».

À la suite de cet incident, elle avait décidé d’intervenir sur une radio privée. Lors de l’entretien, l’inspecteur Shiva Coothen est aussi intervenu au téléphone pour expliquer ce qui s’était passé. Pour la plaignante, les allégations qu’il a faites envers elle et sa famille sont « false and malicious ». L’inspecteur avait ainsi dit à la radio : « Dir madam la dir… ena enn lot dimounn ki abit mem batiman ki li… so ser… se ser de la dam… alor pa vinn rakont zistwar… kot ou se inn gagn sa bann obze vole-la… et li arete tou ! »

Selon la plaignante, elle a essayé de faire comprendre à l’inspecteur que sa sœur ne vivait pas à la même adresse qu’elle, mais en vain. La plaignante dit avoir déposé une plainte au poste de police de Plaine-Magnien le 16 juillet dernier concernant cette affaire et une déclaration à l’Independent Police Complaint Commission le lendemain. Elle a précisé qu’elle est la seule à vivre à Plaine-Magnien et que lors du raid, aucun article incriminant n’a été trouvé chez elle.

Pour les allégations de l’inspecteur sur la radio privée qui, dit-elle, lui ont causé préjudice et pour les agissements des officiers de police lors du raid, elle réclame que les défendeurs, soit l’inspecteur Shiva Coothen et l’État, lui versent conjointement des dommages de Rs 750 000. Le commissaire de police est mentionné comme co-défendeur dans cette affaire.