Provoqué par des lanternes volantes, l’incendie d’un zoo en Allemagne, qui a causé la mort de dizaines de singes, relance le débat sur la passion des Allemands pour les pétards et feux d’artifice du Nouvel An.

Un important incendie a dévasté dans la nuit de mardi à mercredi, peu après minuit, la Maison des singes du zoo de Krefeld, en Rhénanie du Nord-Westphalie.

Au moins 30 singes sont morts, selon la police. L’édifice abritait notamment des gorilles, orangs-outans, ouistitis et chimpanzés. Seuls deux chimpanzés ont survécu, ainsi qu’une famille de gorilles logée dans un bâtiment adjacent.

Les pompiers ont pu empêcher la propagation de l’incendie à d’autres bâtiments du zoo, qui a subi cependant d’importants dommages, se chiffrant, d’après sa direction, à plusieurs millions d’euros.

De nombreuses personnes, certaines en pleurs, ont déposé mercredi devant le zoo des peluches ou des pancartes « Pourquoi? » ou « Morts pour votre plaisir du Nouvel An », selon l’agence DPA. Le zoo compte un millier d’animaux et attire plus de 400.000 visiteurs par an.

– « Négligence » –

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’incendie aurait été provoqué par des lanternes chinoises volantes, pourtant interdites dans cette région depuis 2009.

Trois de ces lanternes, portant des messages de voeux manuscrits, ont été découvertes dans les décombres de la Maison des singes.

Les policiers, qui enquêtent sur un « incendie criminel par négligence », ont été contactés mercredi en fin de journée par plusieurs personnes susceptibles d’avoir utilisé ces lanternes. Les enquêteurs vérifient leurs déclarations, a indiqué la police de Krefeld.

L’association allemande de protection des animaux est immédiatement montée au créneau pour demander l’interdiction des feux d’artifice à proximité des zoos, fermes et chenils.

Cet incendie apporte selon l’association « une terrible preuve des conséquences dramatiques pour les animaux que peuvent avoir » ce type de célébrations « incontrôlées ».

Les Allemands sont particulièrement friands la nuit du Nouvel An de feux d’artifice et pétards surpuissants, souvent importés de Pologne.

Ces engins pyrotechniques entraînent chaque année de graves blessures aux mains, voire des décès. Pour la seule ville de Berlin, les services d’urgences comptabilisaient ainsi mercredi 22 blessures aux mains, dont certaines se sont soldées par des amputations. Un bilan à peu près conforme aux années précédentes.

L’empreinte atmosphérique de ces pétards, feux d’artifice et lanternes volantes suscite aussi des débats, dans un pays de plus en plus sensible à l’urgence climatique.

– Arrêt des ventes –

Les feux d’artifice de la nuit du Nouvel An en Allemagne libèrent en effet quelque 5.000 tonnes de particules fines dans l’air en une seule nuit, soit autant qu’environ deux mois de trafic routier, selon l’agence fédérale de l’environnement UBA.

Les particules de poussières fines libérées dans l’air sont réputées nocives pour la santé humaine et animale.

Plusieurs enseignes, comme les chaînes Rewe ou Edeka, ont ainsi décidé de bannir leur vente cette année.

L’une des grandes enseignes de bricolage du pays, Hornbach, interdira la pyrotechnie à partir de 2020. Même son de cloche chez le rival Bauhaus qui compte repenser son offre de feux d’artifice l’année prochaine « compte tenu de l’environnement ».

La demande reste néanmoins élevée et les Allemands devaient dépenser cette année 133 millions d’euros en articles de pyrotechnie à l’occasion de la Saint-Sylvestre, soit autant que l’an dernier, selon des prévisions de la fédération du secteur VPI.

Quelque 57% des Allemands seraient d’accord, selon un sondage Yougov le 27 décembre, avec une interdiction des ventes de pyrotechnie, mais 84% disaient attendre avec impatience les feux d’artifice du 31 décembre.

@afp