Après la trêve observée en marge du pèlerinage de Maha Shivaratree, fête qui sera célébrée lundi prochain, il faudra s’attendre à voir des développements majeurs sur l’échiquier politique. C’est du moins ce que montrent les premières indications qui ont filtré en cette fin de semaine. Un des sujets qui devrait être éclairci touche à la question de Remake 2000 de l’alliance MSM/MMM, alors qu’un autre concerne les discussions sur la réforme électorale autour du sort à être réservé au Best Loser System avec l’introduction de la proportionnelle.
En attendant des indications quant à une reprise des contacts à haut niveau entre le gouvernement et l’opposition parlementaire, Rezistans ek Alternativ se prépare à passer à la vitesse supérieure avec un cas logé en Cour suprême pour éliminer l’obligation de la déclaration communale imposée à tout candidat à des élections générales.
Avec la rencontre d’hier après-midi entre le leader du MMM Paul Bérenger et son homologue du MSM Pravind Jugnauth, autour du document de ce second parti contestant les délimitations des arrondissements urbains pour les prochaines élections municipales, une confirmation a été obtenue par rapport au processus de Remake 2000. En effet, Paul Bérenger a confirmé à Pravind Jugnuath son intention de soumettre cette proposition d’alliance électorale à un vote à bulletins secrets au sein du comité central mauve.
Compte tenu du week-end de la fête Maha Shivaratree, la direction du MMM a jugé plus approprié d’inclure ce vote sur le projet d’alliance MSM/MMM menée par sir Anerood Jugnauth pour la réunion du comité central du samedi 25 février. En préence de cet élément d’information depuis hier après-midi, l’état-major du MSM se retrouve en mode d’attente jusqu’au prochain week-end quand les membres du comité central se prononceront sur la reconduction de l’alliance d’août 2010.
En cas de feu vert de cette instance du MMM, la pression dans les relations entre la State House et le Prime Minister’s Office (PMO) devra s’accentuer avec un président de la République en instance de départ pour diriger une alliance politique en prévision des prochaines échéances électorales. Il est un fait connu que le chef de l’État et celui du gouvernement ne regardent pas dans la même direction politiquement. Le dernier os politique en date est le projet de réforme électorale. Lors d’un tête-à-tête avec l’ancien président Uteem, sir Anerood Jugnauth a déclaré son opposition totale à l’abolition du Best Loser System.
La confirmation de l’option pour le Remake 2000 ne pourra qu’exacerber ces tensions sur le plan personnel au plus haut niveau de l’État avec les prochaines fêtes nationales pour le 44e anniversaire de l’indépendance et le 20e anniversaire de la République le 12 mars se déroulant dans un contexte particulier. À ce stade, très peu de détails sont disponibles quant aux échéances fixées au niveau de la State House.
Contestation
Au chapitre des consultations sur la réforme électorale menées principalement entre le Premier ministre et le leader de l’opposition, à la mi-journée, aucune des deux parties n’était en mesure de confirmer s’il faut s’attendre à une reprise de contacts après la fête Maha Shivaratree, soit en début de semaine prochaine. Navin Ramgoolam s’apprête à participer à Londres au sommet de la Somalie, convoqué par le Foreign and Commonwealth Office jeudi prochain. Dans la conjoncture politique, il n’est pas à écarter qu’une nouvelle séance de travail sur la réforme électorale avec pour principale pierre d’achoppement l’élimination du Best Loser System soit convoquée avant le départ du Premier ministre pour Londres, même si aucune confirmation officielle n’était disponible.
De son côté, Rezistans ek Alternativ, qui a repris le flambeau de la lutte contre la déclaration ethnique des candidats aux élections générales et qui milite pour une nouvelle république non-communale, se prépare à saisir la Cour suprême avec une contestation des dispositions constitutionnelles relatives si d’ici le 12 mars, le gouvernement ne présente pas un projet de réforme électorale éliminant la question d’appartenance ethnique en politique.
« Si d’ici le 12 mars, le gouvernement ne vient pas de l’avant avec un projet de réforme électoral, nous allons exercer l’option de la contestation en Cour suprême. Toutefois, nous n’irons en Cour suprême qu’à partir du 1er avril car la prochaine session du comité des Nations unies sur les Droits de l’Homme durera jusqu’au 31 mars. Rezistans ek Alternativ s’attend à un dénouement de cas de contestation devant cette instance des Nations unies au cours de ce prochain round », déclare Ashok Subron, un des animateurs de Rezistans ek Alternativ.
D’autre part, le Forum pour une nouvelle république non-communale, qui comprend une série d’organisations syndicales et de la société civile, met au point une marche nationale pour le samedi 10 mars à Port-Louis. L’objectif de ce rassemblement est de mobiliser les ressources politiques pour éliminer le communalisme dans la politique et pour lutter en faveur de l’avènement d’une nouvelle république. La réunion de concertation et de coordination entre les organisations participantes de dimanche dernier, qui a été renvoyée en raison de l’avertissement cyclonique de classe III, a été fixée à ce dimanche au même endroit. Le principal item à l’ordre du jour reste la marche nationale du 10 mars.