Les députés de la majorité donnent la réplique aux détracteurs du Premier ministre. “Inviter Pravind Jugnauth à suivre l’exemple de Theresa May fait partie de cette campagne de dénigrement de Maurice enclenchée par l’opposition.” C’est ce qu’a répondu Étienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement, lors d’une conférence de presse, hier matin, aux côtés de Maneesh Gobin, Roubina Jaddoo, Mahen Jhugroo, Kalyan Taroolah et Ravi Rutnah. Il rappelle que la décision de déclencher les élections générales relève de la prérogative du Premier ministre.
Pour Étienne Sinatambou, “il n’y  a aucune raison pour Pravind Jugnauth de suivre l’exemple de Theresa May et de convoquer les élections.” Selon lui, “personne en Angleterre n’a jamais réclamé la démission du Premier ministre et l’opposition britannique, elle, a le sens du décorum.” Il soutient par ailleurs que “l’opposition pena droit dicter le PM ki li bizin fer.” La décision de Theresa May intervient dans un contexte où le Labour Party a perdu des élections partielles dans une circonscription où il a été élu pendant plus de 60 ans, note le porte-parole du gouvernement mauricien. Selon lui, “le PM britannique sait déjà que son adversaire est affaibli. Sa décision de convoquer les élections demeure à sa discrétion, tout en tournant autour de circonstances qu’il estime correctes.” Ces mêmes critères devraient s’appliquer à Maurice, ajoute-t-il, faisant ressortir que dans le cadre du 1er-Mai, les adversaires — pour ceux qui se déclarent les plus grands partis — du gouvernement mauricien n’ont même pas osé tenir un meeting.
“Mauvaise foi de l’opposition”
Étienne Sinatambou s’est auparavant longuement appesanti sur “l’opposition de mauvaise foi qui abuse des procédures parlementaires.” Il s’appuie sur les deux motions de Disallowance présentées mardi par l’opposition. Pour étayer ses propos, il en veut pour preuve “le désintérêt” des principales figures de l’opposition, soit le leader du PMSD Xavier Duval, le leader du MMM Paul Bérenger, le chef de file du PTr, de même que Roshi Bhadain qui ont choisi de ne pas intervenir lors des débats. Des débats voués d’avance à l’échec, estime-t-il, faisant ressortir qu’en ce qui concerne la motion d’annulation présentée par le leader du Mouvement Patriotique, concernant la hausse du prix des produits pétroliers relative aux Government Notices (GN) 26 et 30 passées en 2017, Alan Ganoo s’est attardé sur un GN 09 de 2011 basé sur la price structure utilisée pour calculer le prix de l’essence. Un argument utilisé également par les autres orateurs de l’opposition, déplore Étienne Sinatambou, soulignant que “l’opposition s’est attardée sur le Automatic Price Mechanism (APM), qui n’existe pas depuis 2011 car remplacé par le Petroleum Price Mechanism (PPM).” Il en a profité pour critiquer l’intervention du député Adil Ameer Meea qui “a soutenu que l’ “APM has absolutely no credibility left”, ce alors que sa mécanisme là ti né sous règne de so leader mem, kan li ti Premier ministre en 2004.” Pour le porte-parole du gouvernement, “Adil Ameer Meea pe blâme so propre leader.” Il explique que le PPM a permis au gouvernement de garder le prix de l’essence et du diesel inchangé depuis plusieurs années et que ce principe a permis l’achat des produits pétroliers, du riz, du gaz ménager et de la farine.
“Abus des   procédures  parlementaires”
La deuxième motion présentée par le député bleu Patrice Armance visant à faire annuler la GN 40 relative à une exemption à la compagnie Metro Express Ltd d’une EIA Licence a aussi été très critiquée par Étienne Sinatambou. Il explique que la raison pour laquelle cette compagnie a été “delisted” de l’Environnent Protection Act (EPA) relève du fait que le Metro Express est un “urgent need”, pour l’intérêt national et le développement du pays, pour lequel provision est faite dans la loi. “Ce n’aurait pas été une bonne chose pour un projet de cette envergure d’attendre les procédures de trois mois pour soumettre un Outline plan, 15 mois pour attendre un EIA Licence, avec le risque de contestation devant le tribunal et ensuite en Cour suprême”, dit-il.
Si un EIA Report conforme à la section 22 de l’EPA est prévu, il fait remarquer que dans le cadre du projet Light Rail Transit, le ministre de l’Environnement d’alors avait déjà déclaré ce projet exempté de licence EIA. Le porte-parole de la majorité fait aussi remarquer qu’alors que tous les arguments de l’opposition lors des débats – auxquels n’a assisté aucun chef de file des partis de l’opposition –  “étaient axés sur le delisting, rien n’a été dit sur le delisting des Housing projects de la NHDC mentionnés dans le GN 40. “Une autre preuve de la mauvaise foi de l’opposition”, dit Étienne Sinatambou avançant qu’alors que certains députés minoritaires se plaignent des réponses trop longues aux questions parlementaires, “on a perdu 10 heures pour deux motions qui ne le méritaient pas.” Selon lui, une simple question parlementaire adressée aux ministres concernés aurait suffi pour que l’opposition obtienne ses réponses.
Pour Étienne Sinatambou, ces motions démontrent “une tentative à chaque fois de gouverner le Parlement par l’opposition.” À ce propos, il revient sur le comportement des députés bleus dans le Parlement. “Zot passe sot letan fer ski regelment empess fer”, dit-il, déplorant le manque de respect envers les 3D, soit le décorum, la discipline et la dignité.
Interrogé sur les réels coûts du Métro Express, le ministre des Terres et du Logement ayant avancé le chiffre de Rs 24 milliards au lieu de Rs 17 milliards, Étienne Sinatambou n’a pas voulu faire de commentaires, estimant “préférable de laisser les ministres concernés en parler.” S’agissant de la conférence de presse de Nandanee Soornack à Milan, les députés de la majorité estiment qu’il s’agit d’un “Non-event”. Pour Mahen Jhugroo, “cela ne mérite pas d’être commenté; c’est une autre version de Navin Ramgoolam.”