« J’y suis, j’y reste ». C’est la confirmation donnée ce matin par la députée Kalyanee Juggoo au Mauricien qui l’interrogeait sur sa décision de demeurer ou non au sein de l’Alliance de l’Avenir. Son allégeance au parti Travailliste et à la majorité gouvernementale avait été remise en question à la nomination comme ministre de sa codéputée au No. 4, Mireille Martin, élue sous la bannière MSM et récemment passée chez les rouges pour aussitôt occuper le poste de ministre de l’Égalité des genres.
« Le parti c’est le parti et je suis un pur sang », déclare Kalyanee Juggoo, qui est rentrée vendredi dernier d’une mission de dix jours en Chine avec une délégation du parti Travailliste (Ptr). Voyage qui lui a permis de s’accorder un temps de « réflexion » après son tête-à-tête avec le Premier ministre et leader de l’Alliance de l’Avenir. Cela à la suite des vives protestations de ses mandants, mécontents de la voir se faire coiffer au poteau par une nouvelle venue dans la circonscription Port-Louis Nord / Montagne-Longue (No 4), où elle compte une présence longue de sept ans et dont elle est la Private Parliamentary Secretary (PPS).
À la question de savoir si elle a effectivement accepté le poste de secrétaire générale du Ptr que lui a offert Navin Ramgoolam afin de préserver une majorité parlementaire déjà fragile, Kalyanee Juggoo ne confirme ni n’infirme les rumeurs à ce propos. « Je dois d’abord rencontrer mon leader », dit-elle, avant de rappeler qu’elle n’a rien demandé, tout comme elle n’a « jamais demandé un poste de ministre ». Selon elle, les récents remous au No 4 sont à mettre premièrement au compte des médias qui en auraient fait « enn issue » et deuxièmement au compte de la colère de ses mandants et partisans « ki finn viv sa nominasion la kouma en linzistis. Zot trouv sa kouma enn sitiasion kot enn dimoun inn aranz enn lakaz, linn investi so larzan, apre enn lot ki rantre asiz ladan ». « Mo pa frustrée, ni mo ankoler kont Mireille Martin. Si mo ti pou ankoler, lontan mo ti ava inn fini ankoler parski depi 7 an mo fidel au parti et kan ti ena remaniman ministeriel en 2008 mo pa ti proteste. Eski ounn deza tann moi proteste ou ? »
Mais alors pourquoi avoir rencontré des dirigeants de l’opposition avant son départ pour la Chine ? « Fode pa bliye ki avan kasir nou tou ti ansam dan enn lalians. Se pa parski mo dir namaste Pravind Jugnauth letan mo zwenn li dan enn fonksion ki mo pe kit mo parti pou al lot kote ! » déclare Mme Juggoo, qui dément avoir eu des contacts avec Paul Bérenger.  À la question si une proposition lui a été faite par l’opposition, elle répond vaguement : « Ou kone tou dimoun pe gayn propozision. Kisanla pa pe gayn propozision ? Me mo enn dimoun de prinsip. » Et d’affirmer : « Premie minis pa ankoler ek moi. Ena pe koz retour au bercail. Abe zame mo pa ti ale ! Kan ena enn diskision dan enn lakaz, ou lav linz sal en fami, nou pa vir ledo ale. Ou kone tou seki arive happens for the best. Time is a healer. » 
Il y a donc bien eu blessure quelque part, insistons-nous. Kalyanee Juggoo nous renvoie à la frustration de ses mandants. Et que pensent ceux-ci de sa décision finale ? « Zot pe koumans konpran. Me ena enn gro travay pou fer. »