Samedi lors de la conférence hebdomadaire de l’Alliance Lepep, Etienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement, est revenu sur la conduite du leader de l’opposition au parlement, la visite de Danny Faure, président des Seychelles, à Maurice et la grève pour la cause des femmes cleaners. À ce sujet, il a déclaré qu’« un gouvernement ne peut être dirigé par des mouvements de grève ».
Etienne Sinatambou considère qu’à travers son comportement durant les travaux parlementaires, la semaine dernière, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a « voulu faire diversion » en vue d’éviter le rapport de faisabilité sur le Metro Express, présenté par Nando Bodha, ministre du Transport. « Il n’y a eu aucun complot, les “standing orders” ont été respectés », a soutenu le porte-parole du gouvernement. « Xavier-Luc Duval, sous le gouvernement Ramgoolam, avait approuvé ce dossier. C’est une stratégie pour ne pas répondre aux questions. Duval inn lev enn makanbo pu devie latansion pandan PNQ. Proze métro léger ansien gouvernman ti pou vinn enn masak ekonomik ». Etienne Sinatambou a ajouté que l’étude de faisabilité de 2013 « était troublante pour Xavier-Luc Duval », affirmant que « le rapport est scandaleux car l’ancien projet était synonyme de pillage de l’économie par le tandem Duval-Ramgoolam. »
Le porte-parole du gouvernement a qualifié le comportement du leader de l’opposition envers la Speaker, Maya Hanoomanjee, d’« indigne, scandaleux et indiscipliné ». Il explique : « Duval a insulté une femme, en l’occurrence la Speaker, en lui disant : “Mo pena respe pou ou”. Je demande à Xavier-Luc Duval de se ressaisir et de s’excuser. La Speaker lui a demandé à neuf reprises de s’asseoir, mais il est passé outre ». Pour lui, l’opposition n’observe aucune règle de déontologie. « Il n’y a eu aucun complot? ! » a lancé Etienne Sinatambou. « Ce ne sont que des mensonges de l’opposition ». Il a réfuté les propos de Paul Bérenger, arguant que ce dernier « ne connaît pas les “standing Orders” s’il affirme qu’il y a eu complot ». Le gouvernement, a-t-il poursuivi, attend l’opposition de pied ferme. « Nous disposons de 65 % des sièges et nous ne permettrons pas qu’on nous marche sur les pieds. »
Abordant le volet des femmes cleaners, Etienne Sinatambou a indiqué que le gouvernement ne « pouvait intervenir sur leur salaire ». « On ne peut gérer une démocratie avec des grèves », argue-t-il. Il a néanmoins tenu à saluer le courage des femmes cleaners, en ne manquant pas de souligner que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, « a trouvé une solution pour permettre de mettre fin à leur grève ».
Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a salué la présence à Maurice du président des Seychelles, Danny Faure. Une visite placée, dit-il, sous le signe de la convivialité. Ce séjour a permis la signature d’accords entre Maurice et les Seychelles pour la gestion et la “capacity building” des prisons, le jumelage de Rodrigues et Victoria, la coopération dans la santé, entre autres.