Le meeting de l’Alliance Lepep à Plaine-Verte hier soir, présidé par Mamade Kodabacus, s’est tenu de 21 h à 23 h 50. Tous les leaders de cette alliance étaient présents et ont affiché la confiance quant à une victoire aux élections générales. Sir Anerood Jugnauth a, pour sa part, signifié son intention, en cas de prise de pouvoir, de rouvrir l’enquête dans l’affaire l’Amicale.
« Au cas où des innocents seraient en prison », le leader de l’Alliance Lepep a promis d’amender la loi pour permettre la réouverture de l’enquête sur l’affaire l’Amicale s’il revenait au pouvoir après le 10 décembre. Par ailleurs, SAJ souhaite mettre de l’ordre à l’Institut culturel islamique et prône l’ouverture d’une ambassade en Arabie Saoudite vu que « cette présence diplomatique sera d’une grande aide aux futurs hajees ». Aussi affirme-t-il la nécessité de maintenir le Best Loser System, tout en soulignant un rôle majeur qui sera attribué au candidat Raouf Gulbul.
Selon l’ancien président de la République, Sir Seewoosagur Ramgoolam avait, avant les élections générales de 1982, signé un Memorandum of Understanding (MoU) avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale qui portait sur l’éradication de l’État Providence; cependant, après son installation en tant que Premier ministre, SSR avait fait bloquer la mise en route de cet accord. Plus loin dans son discours, SAJ devait fustiger Navin Ramgoolam qui, selon lui, n’est pas en mesure de présenter de bilan « parce qu’il est nul ».
Les autres dirigeants de l’Alliance Lepep, en l’occurrence Xavier-Luc Duval, Pravind Jugnauth et Ivan Collendavelloo, ont tous repris les thèmes évoqués dans d’autres rassemblements.