Le leader de l’Alliance Lepep, Sir Anerood Jugnauth, se dit confiant que la population a compris le message et est prête pour apporter un changement de gouvernement. « Plis Ramgoolam tarde ek eleksion la, plis li pou dan petrin, nou finn pare pou zot », a-t-il affirmé hier lors du rassemblement de l’Alliance Lepep à Vacoas. Qualifiant Navin Ramgoolam de « jouisseur » et Paul Bérenger de « traître », SAJ a annoncé douze mesures prioritaires qu’il compte prendre si l’électorat lui fait confiance.
Sir Anerood Jugnauth s’est longuement attardé sur le besoin de « netoye sa pei la pou met deor bann zouiser », soutenant qu’il a toujours gardé des bons principes en politique et agi par sens du devoir. Prenant la parole vers 12 h 30, il s’est dit doublement encouragé par la foule présente. « Mo trouve ki la popilasion finn konpran mesaz e ki zot pare pour donn enn koreksion ». SAJ a ciblé la gestion de Navin Ramgoolam, qui est la cause, dit-il, de tous les problèmes sociaux du pays et lui a lancé le défi de fixer au plus vite les élections, car estime-t-il, « plus il tarde, plus il sera dans le pétrin ». Parlant de la IIe République, SAJ a une fois de plus été très critique envers ce projet, soutenant que ce sera une malédiction pour Maurice. « Ce sera la catastrophe et il n’y aura point de progrès dans le pays. Avec un côté un jouisseur et de l’autre un hypocrite, il y aura toujours des conflits et la population va en souffrir ».
Sir Anerood Jugnauth soutient qu’avec l’Alliance lepep, il y aura un nouveau miracle économique pour donner aux jeunes des opportunités et aux personnes âgées, les moyens de bien assurer leur retraite. « C’est justement pour accomplir ce travail que Paul Bérenger était venu me voir quand j’étais toujours à Réduit. Il voulait un coup de main pour mettre un terme aux frasques de Navin Ramgoolam. Aujourd’hui, il a tout abandonné et s’est vendu juste pour le plaisir d’être le premier ministre du pays, mais moi je suis resté là où je suis pour continuer le travail », dit-il, fustigeant une fois de plus l’attitude de Paul Bérenger envers tous ceux qui lui ont fait confiance.
Parlant du parcours de Vishnu Lutchmeenaraidoo, SAJ a soutenu que depuis le Remake 2000, il avait toujours voulu que ce dernier soit le ministre des Finances mais que Paul Bérenger était contre. « Li ti pe anvi met Reza Uteem, ala zordi, Reza Uteem ousi li finn les tonbe zis pou so lintere ». SAJ n’a pas manqué de faire allusion à l’affaire MedPoint, se disant convaincu que son fils Pravind Jugnauth sera blanchi par la Cour. « Pena okenn case kont Pravind, si ti ena, mo mem mo ti pou dir li na pa poz kandida », a-t-il affirmé. SAJ s’est par ailleurs interrogé sur l’accord avec Air Mauritius, indiquant qu’il ne serait pas étonné que Navin Ramgoolam ait déjà négocié un jet privé pour le cas où il deviendrait président de la République. « Se sa mentalite Bérenger ek Ramgoolam, zot pou get zot lintere avan ek ou pou pass en dernie. Bérenger premie Minis poupet si pa pou vini, li pou rest enn marionet ».
À la fin de son discours, SAJ a annoncé les douze mesures phares qu’il compte prendre si l’électorat lui fait confiance :
1. Revoir le système actuel de permis à point pour éliminer les pièges
2. Détruire la Data Bank de la nouvelle carte d’identité nationale
3. Réorganiser la MBC pour qu’elle joue son rôle de radiotélévision publique
4. Introduire la télévision privée
5. Baisser les prix du diesel et de l’essence
6. Revoir le Declaration of Assets Act pour inclure l’acquisition de propriétés sur des prête-noms. Redonner à l’ICAC et à la police leur indépendance
8. Autoriser les policiers à se syndiquer
9. Pour les jeunes, introduire la Wi-Fi gratuite à travers le pays
10. Introduire un salaire minimal
11. Augmenter la pension de vieillesse à Rs 5 000
12. Enquêter sur les scandales et loger des procès contre les coupables.