Pour leur deuxième sortie publique en tant que nouvelle alliance politique, les leaders des trois partis composant l’Alliance Lepep ont donné le ton samedi à la mi-journée en l’absence de Sir Anerood Jugnauth. Pravind Jugnauth a par ailleurs annoncé que sa Private Notice Question était prête et dit attendre la reprise parlementaire malgré l’incertitude qui plane sur la reprise de l’Assemblée nationale.
Le leader du Mouvement Socialiste Militant, Pravind Jugnauth, donnant le ton à la conférence de presse, a annoncé que sa PNQ était prête en attendant la reprise des travaux parlementaires. « Order Paper inn fini sorti avek 35 kestion du MSM e du PMSD ki konsern aktialite. Mo PNQ inn fini pare. Si Paul Bérenger deklar li enn vre demokrat, li pa koutt nanye pou sieze mardi. Li pou enn tes si vremem zot mean business an tan ki demokrat ». Le leader du MSM a fait part de son intention de poursuivre Rama Sithanen dans le cadre de l’affaire MedPoint. « Rama Sithanen kan li pena argiman li fer difamasion. Mo pa pou less person zett labou lor mwa », dit-il. « Sithanen ki pe vante kinn swazir li kouma minis Finans, eski li kapav dir nou kifer Navin Ramgoolam pann donn li tiket an 2010 ? E kifer Navin Ramgoolam ti dir mwa alor ki mo ti minis Finans, anil kontra Heinemann dan Duty Free Paradise… » Pravind Jugnauth a par ailleurs annoncé des poursuites contre Yatin Varma concernant l’accident à Sodnac, l’ancien Attorney General ayant allégué que cet accident était un coup monté par Jugnauth et son avocat. Il dit aussi garder un oeil sur Paul Bérenger. « Apre diskour dan Plaine-Verte mo deplor la basess dan lakel li pe rantre. Li pe koumans koz kominal. Mo pe swiv li de pre e mo pa pou ezite pou azir si bizin ».
Poursuivant ses critiques contre le leader du MMM qui avait déclaré que la cassure du Remake 2000 remontait à janvier, le nouveau leader de l’opposition devait faire ressortir que « si vremem ti fini ena kasir depi zanvye, kifer le 22 mars fer lasanble delegue vot pou konfirmasion Remake ? Kifer fer konferans de press le 5 avril pou dir Remake « on » pou de bon ? »
Pravind Jugnauth s’est aussi référé à une déclaration de Paul Bérenger à son encontre, évoquant qu’il n’y aurait pas de commission d’enquête sur les courses hippiques. « Monn dir ki sa komision danket la pou enn eye-wash parski mafia travayis inplike dan lekourss. Ziska ler pankor fer komision danket e mafia pe fer so bann kou ba dan ledo bann ti paryer ».
Le leader du Parti Mauricien Social-Démocrate, Xavier-Luc Duval, a quant à lui fait part de l’intérêt que porteraient les Mauriciens pour l’Alliance Lepep et décrit l’alliance PTr/MMM comme la « création d’un monstre à deux têtes ». Pour Xavier-Luc Duval, le projet de IIe République est « une ambition maladive et démesurée de deux personnes attirées par le pouvoir. Pou sanz enn konstitision, pou kapav pran 10 an avan gagn mazorite trwa-kar ». Il a cité « un sondage défavorable à une alliance PTr/MMM », affirmant qu’un 60-0 serait exclu car la population « remet en question cet accord PTr/MMM ». Le leader du PMSD a mis la population en garde contre des dépenses « de pas moins de Rs 300 M que l’État aura à assurer pour l’organisation de deux élections ». Il a aussi fait part de sa crainte concernant la nomination des ministres par le président de la République en cas de 60-0.
Xavier-Luc Duval a critiqué l’absence du Premier ministre Navin Ramgoolam au pays alors qu’il devait présider le comité tripartite sur la compensation salariale. « Navin Ramgoolam ki desorme okip post miniss Finans, apre kat mwa li pann ferr nanye. Pandan dernie sink an tou letan minis Finans ti prezid komite tripartite. Inn mett Rashid Beebeejaun alor ki pa so domenn sa ! » Le leader du PMSD s’est aussi insurgé contre la « campagne communale de Nita Deerpalsing à Sodnac et à Quatre-Bornes ».
Ivan Collendavelloo, leader du Mouvman Liberater, a pour sa part évoqué « l’élan national qui s’est construit autour de l’Alliance Lepep, une unité pour combattre ce monstre qu’est l’alliance PTr/MMM ». Il a dénoncé « le complot des deux leaders contre les institutions du pays » et déclaré que l’Alliance Lepep aura pour but de sauvegarder et renforcer les institutions du pays. Il a par ailleurs déploré le « monopole » des protégés rouges à l’aéroport, notamment dans le domaine de la restauration où « 500 tasses de café sont vendues par jour à Rs 100 la tasse ». Le leader du ML a aussi fait une sortie contre ce qu’il appelle « la police politique qui crée une démoralisation au sein de la force policière » et mis en garde contre une campagne insidieuse à l’égard des juges de la Cour suprême qui serait « un prélude à des attaques contre une institution phare sur laquelle le PTr n’a pas son emprise ».
Ivan Collendavelloo a fait part de son appréhension contre les pouvoirs donnés au Président d’une éventuelle IIe République, notamment l’immunité contre toute enquête ou poursuite civile et criminelle. « Prezidan above the law se enn II Reich ki pe rod mete dan sa pei la ».